Journée de restitution “Preuve”, Logis du Roy, Amiens, 5 juin 2019

Accueil des participants au Logis du Roy à partir de 8h45.

9h15-Ouverture par les partenaires de la journée et introduction.

10h-  Axe 1- HISTOIRE ET TRAJECTOIRES (Présidence : Claude Lelièvre, Université Paris-Descartes).

Jean-François Condette, Maryse Cuvillier et Bruno Poucet: « L’éducation en Picardie – état des lieux, 1854-1964. »

Julien Cahon : « Ce que la guerre a fait à l’école en Picardie, 1870-1945. »

11h20- 11h-30 : pause.

11h-30- TABLE RONDE DES ACTEURS ET ECHANGES.

Repas : 12h30-14h.

14h-Axe 2- IMAGES ET REPRESENTATIONS (Présidence : Antoine Kattar, UPJV).

Alain Maillard et Lucie Mougenot: ” La Picardie : Construction d’une image dans le champ littéraire et touristique ».

Julien Moniotte, Lucie Mougenot et Thomas Venet: « Le sentiment d’efficacité des acteurs de l’École en Picardie ».

15h30-15h40 : pause

15h40-Axe 3- QUELLES LOGIQUES TERRITORIALES ? (Présidence : Hervé Crespy, Conseil régional des Hauts de France).

Arnaud Desvignes et Thomas Venet: « Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens. »

Ismail Ferhat : « ‘Bouger’ (ou pas) comme remède : Quelles politiques de mobilité éducative des élèves et jeunes du Conseil régional de Picardie (1982-2015) ? »

17h45-17h55- Conclusion de la journée

Accès à la journée de restitution et inscription repas (sous réserve de disponibilité) sur inscription préalable avant le 27 mai, auprès d’Ismail Ferhat (ismail.ferhat@u-picardie.fr).

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

Depuis les années 70, de nombreux travaux de recherche en pédagogie ont été menés dans le but de réduire les inégalités scolaires et d’optimiser l’apprentissage des élèves. Bien qu’il existe toujours un décalage important – notamment temporel – entre les résultats des recherches et les pratiques professorales, nous pouvons nous poser la question de l’évolution de ces pratiques en Picardie, entre les années 70 et aujourd’hui.
Après avoir interrogé quatre inspecteurs, ayant réalisé toute leur carrière dans la région en tant qu’enseignants puis inspecteurs du premier ou du second degré, nous avons pu mettre en relation les préconisations relatives à des méthodes pédagogiques efficaces, largement véhiculées en formation ou par les recommandations officielles, avec les pratiques observées par ces acteurs de la sphère éducative.

Continuer la lecture de « L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie »

Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964.

Les mobilisations sociales, les politiques publiques et l’opinion mettent parfois en avant la question de l’offre scolaire comme un élément explicatif de réussite éducative sur un territoire donné. A contrario, la faiblesse ou la réduction du nombre d’établissements sont présentées comme un facteur de moindre performance éducative. A cela s’ajoute la question de l’effet de la taille de l’établissement dans la réussite et le bien-être des élèves. Ce dernier sujet suscite un débat là aussi à la croisée brûlante des sciences sociales et du débat public et ce jusqu’à aujourd’hui[1].

Qu’en est-il pour l’académie d’Amiens à sa création en 1964 ? Y trouve-t-on éventuellement une faible offre d’établissement ? La Picardie se différencie-t-elle (déjà) du reste de la métropole en matière éducative ?

Continuer la lecture de « Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964. »

Les « insoumis » de 1887.

En 1887, dans son rapport annuel sur la situation de l’enseignement primaire dans le département de la Somme, M.Giroud, inspecteur d’académie, déclare que dans ce département, « on compte encore plus d’un millier d’enfants des deux sexes qui ne fréquentent aucune école. Il en appelle au « zèle et à la vigilance des commissions scolaires pour diminuer le nombre des insoumis ». En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 rend l’école obligatoire pour les enfants de six ans révolus à treize ans révolus. Des commissions sont créées pour « surveiller et encourager » la fréquentation : il faut fournir un justificatif pour quatre demi-journées d’absence dans le mois et des sanctions sont prévues en cas de non-justification de celles-ci: rappel de la loi, affichage, plainte auprès du juge de paix. Malgré cela, beaucoup ne fréquentent pas du tout l’école, ou de façon trop épisodique pour y acquérir une véritable instruction.

Continuer la lecture de « Les « insoumis » de 1887. »

L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

Continuer la lecture de « L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ? »