Journée de restitution “Preuve”, Logis du Roy, Amiens, 5 juin 2019

Accueil des participants au Logis du Roy à partir de 8h45.

9h15-Ouverture par les partenaires de la journée et introduction.

10h-  Axe 1- HISTOIRE ET TRAJECTOIRES (Présidence : Claude Lelièvre, Université Paris-Descartes).

Jean-François Condette, Maryse Cuvillier et Bruno Poucet: « L’éducation en Picardie – état des lieux, 1854-1964. »

Julien Cahon : « Ce que la guerre a fait à l’école en Picardie, 1870-1945. »

11h20- 11h-30 : pause.

11h-30- TABLE RONDE DES ACTEURS ET ECHANGES.

Repas : 12h30-14h.

14h-Axe 2- IMAGES ET REPRESENTATIONS (Présidence : Antoine Kattar, UPJV).

Alain Maillard et Lucie Mougenot: ” La Picardie : Construction d’une image dans le champ littéraire et touristique ».

Julien Moniotte, Lucie Mougenot et Thomas Venet: « Le sentiment d’efficacité des acteurs de l’École en Picardie ».

15h30-15h40 : pause

15h40-Axe 3- QUELLES LOGIQUES TERRITORIALES ? (Présidence : Hervé Crespy, Conseil régional des Hauts de France).

Arnaud Desvignes et Thomas Venet: « Hétérogénéité territoriale et performances scolaires dans l’académie d’Amiens. »

Ismail Ferhat : « ‘Bouger’ (ou pas) comme remède : Quelles politiques de mobilité éducative des élèves et jeunes du Conseil régional de Picardie (1982-2015) ? »

17h45-17h55- Conclusion de la journée

Accès à la journée de restitution et inscription repas (sous réserve de disponibilité) sur inscription préalable avant le 27 mai, auprès d’Ismail Ferhat (ismail.ferhat@u-picardie.fr).

Le SEP différencié filles / garçons : quand socialisation de genre et socialisation scolaire s’entrecroisent. Épisode 1/2 : le SEP et la socialisation genrée

Les filles sont globalement caractérisées par de meilleurs résultats scolaires que les garçons. Comme Albert Bandura a pu le montrer, la réussite scolaire est fortement corrélée au niveau de sentiment d’efficacité personnelle. On pourrait donc s’attendre à ce que les filles aient des SEP moyens supérieurs à ceux des garçons, or nos résultats montrent des différences minimes. Les SEP généraux, obtenus par agglomération de l’ensemble des résultats aux différentes questions, sont équivalents pour les garçons et pour les filles (4,8). Les filles ont des scores légèrement plus élevés en ce qui concerne les SEP scolaires (4.7, contre 4.6 pour les garçons) et d’autorégulation (5.2 contre 5.0), mais légèrement plus faible en ce qui concerne le SEP social (5.0, contre 5.1). Même si ces premières différences sont peu marquées, elles nous invitent à aller voir à un niveau plus fin.

Ainsi, on remarque que dans certaines disciplines, les filles déclarent systématiquement des SEP inférieurs à ceux des garçons. L’EPS, les matières scientifiques et l’histoire-géographie ressortent ainsi comme des matières dans lesquelles les garçons déclarent se sentir plus à l’aise et capable de réussir que les filles. A l’inverse, les arts, le français et dans une moindre mesure les langues étrangères sont  les disciplines pour lesquelles les filles se sentent plus en confiance que les garçons

On retrouve un découpage net entre les filières dites féminines et masculines, reprenant l’opposition entre d’une part les matières littéraires et artistiques, et d’autre part les disciplines techniques et scientifiques. On peut y voir une confirmation du fait que la socialisation de genre génère des dispositions à se sentir performant.e ou non dans tel ou tel domaine.

SEP des élèves dans les différentes disciplines scolaires
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Si l’on se focalise sur les sentiments d’être capable d’adopter une méthodologie scolaire efficace (être prévoyant.e dans le travail, prendre des notes, rechercher des informations, rendre les devoirs à l’heure, se motiver pour travailler quand il y a autre chose à faire, se concentrer, ne pas sécher les cours, s’organiser, …) on observe que les filles ont des scores supérieurs à ceux des garçons.

SEP dans l’organisation scolaire
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Ces observations nous renvoient aux analyses effectuées par Christian Baudelot et Roger Establet qui montraient que le principal facteur de la meilleure réussite scolaire de filles est leur capacité à adopter les codes de l’institution. Cela permet de cerner un autre effet de la socialisation de genre, à savoir sur la plus grande « docilité » des filles vis-à-vis de l’institution et de ses attentes.

Mais sur les questions relatives à l’impression de pouvoir atteindre les objectifs, les garçons ont des scores légèrement supérieurs à ceux des filles. C’est particulièrement clair en ce qui concerne l’impression de pouvoir répondre aux attentes personnelles et à celles des camarades. Les filles ont moins le sentiment de pouvoir répondre aux objectifs qu’elles ou leurs proches se fixent. Alors qu’elles ont de meilleurs résultats, et qu’elles se déclarent mieux organisées, les filles ont également moins l’impression que les garçons de pouvoir répondre aux attentes de leurs enseignant.e.s.

SEP d’ordres sociaux
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

De même, les questions relatives aux sentiments d’efficacité sociale sont le plus souvent défavorables aux filles. Ces dernières se disent en moyenne moins à l’aise que les garçons pour se défendre, se sortir de situations de violence, ou participer à des discussions.

L’étude des SEP des élèves permet de mettre en lumière différents effets de la socialisation de genre sur le rapport au système scolaire et au travail. Ceux-ci sont visibles à trois niveaux : 1) l’orientation vers des matières littéraires et artistiques ; 2) une plus grande docilité vis-à-vis de l’institution ; 3) une moindre impression de pouvoir réussir (alors qu’objectivement les résultats des filles sont meilleurs !) et un sentiment d’illégitimité plus fort que chez les garçons.

Thomas VENET

Le SEP différencié filles / garçons : quand socialisation de genre et socialisation scolaire s’entrecroisent. Épisode 2/2 : Les écarts se creusent durant la scolarité

Le temps passé dans l’institution scolaire vient-il effacer les différences liées à la socialisation genrée ? Pour répondre à cette question, nous allons comparer les différences entre filles et garçons qui apparaissent chez les élèves de 6ème et les terminales de notre échantillon. D’emblée, il apparait que le nombre de critères sur lesquelles les garçons et les filles diffèrent est bien plus important en terminale qu’en 6ème.

SEP des filles et des garçons en sixième
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%
SEP des filles et des garçons en terminale
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Dès la 6ème les filles déclarent plus que les garçons se sentir capables de s’organiser, se concentrer et se motiver dans le travail scolaire. En terminale, cette tendance est confirmée et complétée par d’autres items, liés à la « carrière » dans le système scolaire. Ainsi, la prise de notes, la recherche d’informations, la capacité à être prévoyant.e quant aux travaux à effectuer, rendre ses devoirs à l’heure relèvent de demandes qui ne sont pas forcément adressées aux 6ème mais que l’on attend d’élèves de terminale. Sur chacune de ces thématiques, les filles déclarent des sentiments d’efficacité supérieurs à ceux des garçons. De même, en terminale, les filles se disent plus que les garçons capables de résister à la tentation de sécher les cours, de résister aux distractions et aux influences négatives ce qui induit qu’elles ont continué à développer des dispositions conformes aux attentes de l’institution.

En 6ème, peu de différences apparaissent en terme d’impression de pouvoir réussir selon les matières (à part en grammaire et orthographe, où les filles se sentent plus capables de réussir que les garçons). En terminale, les écarts existent toujours en français, mais de nouvelles différenciations sont apparues en EPS, en sciences, en littérature et en arts. Entre la 6ème et la terminale, il semblerait que les filles aient compris et appris qu’elles ne pourraient pas réussir en sport ou en sciences, et que leurs disciplines de prédilection se situent plutôt en arts et en langues. Dans le même temps, la réciproque s’observe pour les garçons.

Enfin, les filles disent se sentir moins capables de se défendre que les garçons en 6ème comme en terminale. L’écart entre les sexes est toutefois moins important en fin de scolarité. De même, les filles de terminale se sentent plus capable de tenir une conversation que les garçons, ce qui dénote de certaines formes d’assurance. On remarque toutefois que le SEP social (qui agrège les questions relatives aux capacités relationnelles) est plus élevé pour les garçons de terminale que pour les filles, ce qui pousse à relativiser cette assurance féminine qui semble être liée à certains contextes (les sports d’équipe, par exemple, constituent toujours un cadre dans lequel les filles se sentent moins efficaces que les garçons).

Au regard de ces résultats, il apparait que la socialisation scolaire consolide les différences genrées au lieu d’en annuler les effets.

Thomas VENET

Les chiffres du baccalauréat Général dans l’Académie d’Amiens en base 100.

Dans deux billets précédents, nous nous étions intéressés à l’évolution des taux de réussite aux baccalauréats dans l’académie d’Amiens. Ces analyses nous avaient permis d’identifier des moments charnières de décrochage de l’académie d’Amiens par rapport à la moyenne nationale (les années 1972, 1981 et dans une moindre mesure 1989). Pour compléter celles-ci, nous vous proposons une réflexion à partir d’une analyse de l’évolution du nombre de présents et d’admis en base 100.

Figure 1 : Evolution en base 100 du nombre de présents et d’admis au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens et en France (métropolitaine)

La figure ci-dessus montre tout d’abord qu’en base 100 la hausse du nombre de candidats et d’admis au baccalauréat général, entre 1964 et 2014 (à partir de 1969), a été beaucoup plus forte dans l’académie d’Amiens qu’au niveau national. Le pic de présents dans l’académie d’Amiens, atteint en 1992, correspond à une hausse de 261%, alors qu’au niveau national, ce pic atteint la même année ne correspond qu’à une hausse de 187%. Ainsi, l’académie d’Amiens a dû absorber et préparer au baccalauréat général une quantité de candidats proportionnellement plus importante que l’ensemble des académies de France métropolitaine. Ceci pourrait expliquer en partie le décrochage du taux de réussite au baccalauréat général de l’académie d’Amiens par rapport à la moyenne nationale à partir du début des années 1970. La fin des années 1960 et le début des années 1970 marquent d’ailleurs une accélération plus marquée de la hausse (relative) du nombre de candidats au baccalauréat dans l’académie d’Amiens. Un phénomène similaire s’est produit au début des années 1980. Pour rappel, les moments de décrochage de l’académie d’Amiens identifiés dans les billets précédents correspondaient aux années 1972, 1981 et 1989 (1989 était un moment de décrochage moins fort que les deux autres, le taux de réussite de 1988 dans l’académie d’Amiens ayant été de nouveau atteint et dépasser dès 1990). Nous pouvons remarquer que, à la fin des années 1980, malgré une forte « accélération », la pente de la courbe des présents d’Amiens a une pente similaire à celle des présents au niveau national.

De surcroît, les acteurs présents et passés de l’académie d’Amiens peuvent se réjouir de la plus forte hausse encore du nombre de candidats admis au baccalauréat dans l’académie d’Amiens (avec un pic à 296% en 1992).

Julien Moniotte et Thomas Venet (CAREF, UPJV).

Une académie sous-dotée aux débuts de la décentralisation éducative?

A partir de 1983, le processus de décentralisation commence à transformer les rapports entre collectivités locales et éducation. Les lois n° 83-8 du 7 janvier 1983 et n° 83-663 du 22 juillet 1983 confèrent à celles-ci de nouvelles compétences en matière d’établissements scolaires entre autres. En 1985, le statut des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) confirme le rôle des collectivités locales, présentes à leurs conseils d’administration. A l’orée de ce processus qui redonne à nouveau de l’importance aux pouvoirs locaux en matière éducative, comment se situe l’académie d’Amiens en matière d’offre scolaire?

En 1984, vingt ans après sa création, la Picardie éducative se caractérise par une offre très différenciée du reste de la France pour ce qui est du second degré public (hors enseignement agricole). En termes globaux (prise en compte des collèges, lycées, lycées d’enseignement professionnels par rapport au nombre d’élèves scolarisés), elle est sensiblement moins dotée que la moyenne des académies métropolitaines. Cependant, cette différence doit être affinée: les lycées d’enseignement professionnels sont relativement présents. C’est sur les collèges, et surtout les lycées généraux et technologiques que se situe la faiblesse de l’offre picarde, au début de la décentralisation. Pour le conseil régional comme pour l’académie, cette situation constituait un défi à relever.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).


L’école rurale en Picardie : atout ou contrainte ?

Dans les années 1960 et 1970, le débat public sur la ruralité révèle des enjeux éducatifs complexes, qui se posent avec une acuité particulière dans les régions à forte ruralité, comme la Picardie. Doit-on garder les petites communes ? Faut-il encourager le regroupement scolaire en milieu rural ou maintenir « l’école au village » ? Le sujet est brûlant et divise les élus et les représentants de l’État. Certains accusent les écoles rurales, en grande majorité à classe unique, de sous-performance, et souhaiteraient par conséquent les restreindre.

Continuer la lecture de « L’école rurale en Picardie : atout ou contrainte ? »

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

Depuis les années 70, de nombreux travaux de recherche en pédagogie ont été menés dans le but de réduire les inégalités scolaires et d’optimiser l’apprentissage des élèves. Bien qu’il existe toujours un décalage important – notamment temporel – entre les résultats des recherches et les pratiques professorales, nous pouvons nous poser la question de l’évolution de ces pratiques en Picardie, entre les années 70 et aujourd’hui.
Après avoir interrogé quatre inspecteurs, ayant réalisé toute leur carrière dans la région en tant qu’enseignants puis inspecteurs du premier ou du second degré, nous avons pu mettre en relation les préconisations relatives à des méthodes pédagogiques efficaces, largement véhiculées en formation ou par les recommandations officielles, avec les pratiques observées par ces acteurs de la sphère éducative.

Continuer la lecture de « L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie »

Existe-t-il un lien entre ancienneté du réseau scolaire et réussite éducative en Picardie ?

Lors du lancement du projet Preuve, l’hypothèse a été émise que l’ancienneté d’un établissement secondaire dans telle ou telle commune ou groupe de communes pouvait jouer sur le degré de réussite des élèves scolarisés dans le secondaire à partir des années 1950.

Continuer la lecture de « Existe-t-il un lien entre ancienneté du réseau scolaire et réussite éducative en Picardie ? »

Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964.

Les mobilisations sociales, les politiques publiques et l’opinion mettent parfois en avant la question de l’offre scolaire comme un élément explicatif de réussite éducative sur un territoire donné. A contrario, la faiblesse ou la réduction du nombre d’établissements sont présentées comme un facteur de moindre performance éducative. A cela s’ajoute la question de l’effet de la taille de l’établissement dans la réussite et le bien-être des élèves. Ce dernier sujet suscite un débat là aussi à la croisée brûlante des sciences sociales et du débat public et ce jusqu’à aujourd’hui[1].

Qu’en est-il pour l’académie d’Amiens à sa création en 1964 ? Y trouve-t-on éventuellement une faible offre d’établissement ? La Picardie se différencie-t-elle (déjà) du reste de la métropole en matière éducative ?

Continuer la lecture de « Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964. »

Impact indirect des classes sociales sur les croyances des élèves en leur propre efficacité.

Selon Bourdieu en 1966, l’école était un moyen très efficace de conservation sociale. Qu’en est-il aujourd’hui concernant les jeunes scolarisés en Picardie ? Au regard de l’analyse du sentiment d’efficacité personnelle des élèves, c’est-à-dire leurs croyances en leurs capacités de réussite, on se rend compte que les catégories socioprofessionnelles des élèves tendent toujours à entretenir des écarts dans l’accès à la réussite, mais les données montrent que cela n’est pas si tranché et que le lien entre les classes sociales d’appartenance et la réussite est aussi indirect.

Continuer la lecture de « Impact indirect des classes sociales sur les croyances des élèves en leur propre efficacité. »

L’impact des hausses du nombre de candidats sur la réussite au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens

Evolution(s) du nombre de candidats et du taux de réussite

Dans un billet précédent, nous avions identifié trois années de décrochage du taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens (par rapport au taux de réussite national, voire au taux de réussite dans l’académie de Lille) : 1972, 1981, 1989 (1989 étant une année au cours de laquelle le décrochage se fait uniquement par rapport à la France entière). Nous allons ici retrouver ces années clés en nous intéressant aux variations (a) du nombre de candidats au baccalauréat général et (b) du taux de réussite au baccalauréat général dans les académies d’Amiens et de Lille, ainsi qu’au niveau national.

Continuer la lecture de « L’impact des hausses du nombre de candidats sur la réussite au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens »

Statistiques et choix politiques

 

Dans le projet de recherche Preuve, la question statistique est un élément primordial de compréhension des phénomènes éducatifs en Picardie. Néanmoins, cela ne permet de saisir qu’une partie des difficultés rencontrées, d’où les investigations en d’autres directions telles que documents d’archives, publications, littérature, témoignages, enquêtes de terrain.

Pour autant la collecte des statistiques est importante, tellement importante que les autorités publiques peuvent parfois avoir tendance à en masquer les résultats. C’est le cas particulièrement au début des années 1900 à propose de l’illettrisme ou de l’analphabétisme, le vocabulaire n’étant pas nécessairement très stabilisé.

Continuer la lecture de « Statistiques et choix politiques »

Les problèmes éducatifs en Picardie vus par l’inspection académique de l’Oise

L’Oise est le seul département picard pour lequel on dispose d’un nombre conséquent de rapports de l’inspection académique, quasiment année par année, de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1970. Or, la lecture attentive des rapports des années 1950 et 1960 permet de voir apparaître les difficultés éducatives identifiées en Picardie, au niveau du département de l’Oise.
Trois extraits de rapports de l’inspection académique de l’Oise, consultés aux Archives départementales de l’Oise, paraissent utiles à citer car ils permettent de voir l’apparition progressive de ces mêmes difficultés :

Continuer la lecture de « Les problèmes éducatifs en Picardie vus par l’inspection académique de l’Oise »

Le second cycle long en Picardie.

Une phrase du rapport de l’inspection générale de l’Éducation nationale de novembre 2001 nous a paru une piste intéressante à explorer concernant les origines du retard culturel picard : “La Picardie est la région où l’offre de formation de l’Éducation nationale au niveau du baccalauréat est proportionnément la plus faible” (p. 11).

Nous avons donc choisi d’étudier, à l’aide des statistiques disponibles, l’offre scolaire dans le second cycle long en Picardie depuis la création de l’académie.

Continuer la lecture de « Le second cycle long en Picardie. »