L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

Depuis les années 70, de nombreux travaux de recherche en pédagogie ont été menés dans le but de réduire les inégalités scolaires et d’optimiser l’apprentissage des élèves. Bien qu’il existe toujours un décalage important – notamment temporel – entre les résultats des recherches et les pratiques professorales, nous pouvons nous poser la question de l’évolution de ces pratiques en Picardie, entre les années 70 et aujourd’hui.
Après avoir interrogé quatre inspecteurs, ayant réalisé toute leur carrière dans la région en tant qu’enseignants puis inspecteurs du premier ou du second degré, nous avons pu mettre en relation les préconisations relatives à des méthodes pédagogiques efficaces, largement véhiculées en formation ou par les recommandations officielles, avec les pratiques observées par ces acteurs de la sphère éducative.

Continuer la lecture de « L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie »

Le second cycle long en Picardie.

Une phrase du rapport de l’inspection générale de l’Éducation nationale de novembre 2001 nous a paru une piste intéressante à explorer concernant les origines du retard culturel picard : “La Picardie est la région où l’offre de formation de l’Éducation nationale au niveau du baccalauréat est proportionnément la plus faible” (p. 11).

Nous avons donc choisi d’étudier, à l’aide des statistiques disponibles, l’offre scolaire dans le second cycle long en Picardie depuis la création de l’académie.

Continuer la lecture de « Le second cycle long en Picardie. »

Réussite au “bac G” dans l’académie d’Amiens : des années perdues?

évolution_réussite_bacG

Lors de la re-création de l’académie d’Amiens, en 1964, le taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie était de 61,2 %; il dépassait le taux national (59,9%). Celui de l’académie de Lille (61,4%) dépassait alors légèrement celui de l’académie d’Amiens. L’année suivante, ce taux progressait de manière spectaculaire à Amiens (66,5%) pour dépasser celui de Lille de 3,5 points environ (62,9%) et le taux national de 5,5 points environ (60,9 %). L’année suivante (1966), les taux de réussite, tant au niveau des académies susmentionnées qu’au niveau national, baissaient fortement, et se rapprochaient au point de se tenir dans une fourchette comprise entre 48,3 % et 49,8 %.

Continuer la lecture de « Réussite au “bac G” dans l’académie d’Amiens : des années perdues? »

La définition de la spécificité des difficultés picardes en matière éducative par l’inspection générale de l’Éducation nationale dans son rapport de novembre 2001.

Ci-dessous un extrait d’un rapport de l’inspection générale qu’il me paraît tout à fait intéressant de confronter aux précédents. L’appareil statistique que l’équipe est en train d’élaborer doit  permettre d’étudier dans la longue durée ces difficultés picardes pour mieux comprendre leurs spécificités.

« La Picardie est une région dont les composantes, ni au plan économique, ni au plan social ne sont exorbitantes, non plus qu’au plan scolaire d’ailleurs : l’examen des chiffres qui décrivent sa situation nous ramène souvent au Nord–Pas-de-Calais, aux deux Normandies ou à la Champagne-Ardennes. Ni les grandes exploitations betteravières ou céréalières ne sont spécifiques, ni l’héritage difficile d’une tradition industrielle rurale, par exemple dans le textile, confrontée à partir de la fin des années soixante-dix à une « crise » mondiale, ni l’implantation dans les années soixante d’industries faisant appel à une main d’œuvre peu qualifiée, ni les problèmes économiques et sociaux des couronnes les plus périphériques de l’agglomération parisienne. De la même façon nous avons vu que ni les retards scolaires, ni les difficultés à conduire plus d’élèves au niveau d’un baccalauréat, ni les taux d’échec aux examens ne sont des spécificités picardes. Mais comme il apparaissait que l’académie d’Amiens trouvait hélas une sorte de spécificité dans la conjonction, la permanence et la gravité de difficultés scolaires sensibles, de même la région Picardie est la seule à se trouver placée par la géographie de façon aussi flagrante à la confluence des problèmes de l’agglomération parisienne et de ceux des régions où s’était affirmé l’ancien modèle industriel et agricole du nord et nord-est français, d’où un évident cumul de difficultés ».

Arnaud Desvignes (UPJV, CAREF)