Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964.

Les mobilisations sociales, les politiques publiques et l’opinion mettent parfois en avant la question de l’offre scolaire comme un élément explicatif de réussite éducative sur un territoire donné. A contrario, la faiblesse ou la réduction du nombre d’établissements sont présentées comme un facteur de moindre performance éducative. A cela s’ajoute la question de l’effet de la taille de l’établissement dans la réussite et le bien-être des élèves. Ce dernier sujet suscite un débat là aussi à la croisée brûlante des sciences sociales et du débat public et ce jusqu’à aujourd’hui[1].

Qu’en est-il pour l’académie d’Amiens à sa création en 1964 ? Y trouve-t-on éventuellement une faible offre d’établissement ? La Picardie se différencie-t-elle (déjà) du reste de la métropole en matière éducative ?

Continuer la lecture de « Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964. »

L’académie d’Amiens, un territoire d’enseignement professionnel (1980-2015)?

L’académie d’Amiens a traditionnellement une offre d’enseignement professionnel importante dans le second degré. L’évolution du nombre de lycées d’enseignement professionnel publics (LEP) puis de lycées professionnels (LP) publics montre néanmoins des évolutions intéressantes, entre 1980 et 2015.

En effet, le nombre de lycées publics (toutes filières confondues) augmente jusqu’à l’année scolaire 1996-1997. Il culmine alors à près de 91 établissements dans la région de Picardie.  Les lycées professionnels ont connu un pic plus précoce, atteignant le chiffre de 48 en 1993, et déclinent ensuite en nombre.

Cette évolution différenciée se traduit par un pourcentage d’offre en nette évolution. En 1980, 60,8% des lycées étaient des lycées professionnels. En 2015, juste avant la fusion des conseils régionaux de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, cette part n’était plus que de 46,5%. L’image d’une Picardie attachée à l’enseignement professionnel doit donc tenir compte d’une réelle transformation.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).