Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964.

Les mobilisations sociales, les politiques publiques et l’opinion mettent parfois en avant la question de l’offre scolaire comme un élément explicatif de réussite éducative sur un territoire donné. A contrario, la faiblesse ou la réduction du nombre d’établissements sont présentées comme un facteur de moindre performance éducative. A cela s’ajoute la question de l’effet de la taille de l’établissement dans la réussite et le bien-être des élèves. Ce dernier sujet suscite un débat là aussi à la croisée brûlante des sciences sociales et du débat public et ce jusqu’à aujourd’hui[1].

Qu’en est-il pour l’académie d’Amiens à sa création en 1964 ? Y trouve-t-on éventuellement une faible offre d’établissement ? La Picardie se différencie-t-elle (déjà) du reste de la métropole en matière éducative ?

Continuer la lecture de « Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964. »

Réussite au “bac G” dans l’académie d’Amiens : des années perdues?

évolution_réussite_bacG

Lors de la re-création de l’académie d’Amiens, en 1964, le taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie était de 61,2 %; il dépassait le taux national (59,9%). Celui de l’académie de Lille (61,4%) dépassait alors légèrement celui de l’académie d’Amiens. L’année suivante, ce taux progressait de manière spectaculaire à Amiens (66,5%) pour dépasser celui de Lille de 3,5 points environ (62,9%) et le taux national de 5,5 points environ (60,9 %). L’année suivante (1966), les taux de réussite, tant au niveau des académies susmentionnées qu’au niveau national, baissaient fortement, et se rapprochaient au point de se tenir dans une fourchette comprise entre 48,3 % et 49,8 %.

Continuer la lecture de « Réussite au “bac G” dans l’académie d’Amiens : des années perdues? »

La nécessité d’une académie d’Amiens ? Une revendication du début des années 1960.

A partir de 1955, apparaissent les programmes d’action régionaux (PAR), qui constituent la première armature de la régionalisation. Ceux-ci deviennent des acteurs de revendication d’infrastructures régionales.

Pour le programme régional de Picardie, une demande réitérée du début des années 1960 est la création d’une académie correspondant aux trois départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme. Cette demande est notamment portée par un document de travail interne à la Circonscription d’action régionale en 1963.

Pourquoi créer une académie picarde? Deux arguments sont soulevés: l’éclatement sur plusieurs académies du territoire régional est perçu comme une cause d’inefficience de l’action publique. De même, la perception des difficultés éducatives du territoire appellerait une administration locale spécifique. Les deux thèmes soulevés appelleraient, selon la CAR, “l’élément de cohésion et de coordination essentiel” que serait la création d’une académie de Picardie. 

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Les « insoumis » de 1887.

En 1887, dans son rapport annuel sur la situation de l’enseignement primaire dans le département de la Somme, M.Giroud, inspecteur d’académie, déclare que dans ce département, « on compte encore plus d’un millier d’enfants des deux sexes qui ne fréquentent aucune école. Il en appelle au « zèle et à la vigilance des commissions scolaires pour diminuer le nombre des insoumis ». En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 rend l’école obligatoire pour les enfants de six ans révolus à treize ans révolus. Des commissions sont créées pour « surveiller et encourager » la fréquentation : il faut fournir un justificatif pour quatre demi-journées d’absence dans le mois et des sanctions sont prévues en cas de non-justification de celles-ci: rappel de la loi, affichage, plainte auprès du juge de paix. Malgré cela, beaucoup ne fréquentent pas du tout l’école, ou de façon trop épisodique pour y acquérir une véritable instruction.

Continuer la lecture de « Les « insoumis » de 1887. »

Un recteur face à la Picardie : l’intervention de Robert Mallet devant la CODER, 11 juillet 1966.

A partir de 1964, apparaissent les préfets de région, assistés de la CODER (commission de développement économique régionale). La même année est recréée l’académie d’Amiens. Elle est confiée à un recteur atypique, Robert Mallet, ancien résistant, ayant travaillé à Madagascar et poète. Celui-ci doit créer de toute pièce un nouveau rectorat, fonder une administration régionale sans une collectivité locale correspondante. A la réunion de la CODER du 11 juillet 1966, il présente un long rapport sur son action et sur les perspectives éducatives du territoire picard.  Il y souligne la tension entre la nécessité d’une politique éducative nationale et l’adaptation à la réalité locale.

Affirmant le rôle de recteur comme représentant des pouvoirs publics, il défend dans son rapport une politique centrant les efforts « sur les grands centres universitaires tant pour éviter une dispersion des individus et une dispersion des moyens ». Cette mise en garde n’est pas un hasard : Robert Mallet prépare en effet déjà le projet d’une université picarde, l’actuelle Université de Picardie Jules Verne. Il considère que celle-ci aurait plus de chances d’être créée si un vaste campus était organisé, regroupant étudiants, universitaires et locaux dans un endroit unique.  Il ouvre ainsi un débat nouveau sur la politique de localisation universitaire sur le territoire picard.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Pour aller plus loin

L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

Continuer la lecture de « L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ? »