Le SEP différencié filles / garçons : quand socialisation de genre et socialisation scolaire s’entrecroisent. Épisode 1/2 : le SEP et la socialisation genrée

Les filles sont globalement caractérisées par de meilleurs résultats scolaires que les garçons. Comme Albert Bandura a pu le montrer, la réussite scolaire est fortement corrélée au niveau de sentiment d’efficacité personnelle. On pourrait donc s’attendre à ce que les filles aient des SEP moyens supérieurs à ceux des garçons, or nos résultats montrent des différences minimes. Les SEP généraux, obtenus par agglomération de l’ensemble des résultats aux différentes questions, sont équivalents pour les garçons et pour les filles (4,8). Les filles ont des scores légèrement plus élevés en ce qui concerne les SEP scolaires (4.7, contre 4.6 pour les garçons) et d’autorégulation (5.2 contre 5.0), mais légèrement plus faible en ce qui concerne le SEP social (5.0, contre 5.1). Même si ces premières différences sont peu marquées, elles nous invitent à aller voir à un niveau plus fin.

Ainsi, on remarque que dans certaines disciplines, les filles déclarent systématiquement des SEP inférieurs à ceux des garçons. L’EPS, les matières scientifiques et l’histoire-géographie ressortent ainsi comme des matières dans lesquelles les garçons déclarent se sentir plus à l’aise et capable de réussir que les filles. A l’inverse, les arts, le français et dans une moindre mesure les langues étrangères sont  les disciplines pour lesquelles les filles se sentent plus en confiance que les garçons

On retrouve un découpage net entre les filières dites féminines et masculines, reprenant l’opposition entre d’une part les matières littéraires et artistiques, et d’autre part les disciplines techniques et scientifiques. On peut y voir une confirmation du fait que la socialisation de genre génère des dispositions à se sentir performant.e ou non dans tel ou tel domaine.

SEP des élèves dans les différentes disciplines scolaires
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Si l’on se focalise sur les sentiments d’être capable d’adopter une méthodologie scolaire efficace (être prévoyant.e dans le travail, prendre des notes, rechercher des informations, rendre les devoirs à l’heure, se motiver pour travailler quand il y a autre chose à faire, se concentrer, ne pas sécher les cours, s’organiser, …) on observe que les filles ont des scores supérieurs à ceux des garçons.

SEP dans l’organisation scolaire
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Ces observations nous renvoient aux analyses effectuées par Christian Baudelot et Roger Establet qui montraient que le principal facteur de la meilleure réussite scolaire de filles est leur capacité à adopter les codes de l’institution. Cela permet de cerner un autre effet de la socialisation de genre, à savoir sur la plus grande « docilité » des filles vis-à-vis de l’institution et de ses attentes.

Mais sur les questions relatives à l’impression de pouvoir atteindre les objectifs, les garçons ont des scores légèrement supérieurs à ceux des filles. C’est particulièrement clair en ce qui concerne l’impression de pouvoir répondre aux attentes personnelles et à celles des camarades. Les filles ont moins le sentiment de pouvoir répondre aux objectifs qu’elles ou leurs proches se fixent. Alors qu’elles ont de meilleurs résultats, et qu’elles se déclarent mieux organisées, les filles ont également moins l’impression que les garçons de pouvoir répondre aux attentes de leurs enseignant.e.s.

SEP d’ordres sociaux
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

De même, les questions relatives aux sentiments d’efficacité sociale sont le plus souvent défavorables aux filles. Ces dernières se disent en moyenne moins à l’aise que les garçons pour se défendre, se sortir de situations de violence, ou participer à des discussions.

L’étude des SEP des élèves permet de mettre en lumière différents effets de la socialisation de genre sur le rapport au système scolaire et au travail. Ceux-ci sont visibles à trois niveaux : 1) l’orientation vers des matières littéraires et artistiques ; 2) une plus grande docilité vis-à-vis de l’institution ; 3) une moindre impression de pouvoir réussir (alors qu’objectivement les résultats des filles sont meilleurs !) et un sentiment d’illégitimité plus fort que chez les garçons.

Thomas VENET

Le SEP différencié filles / garçons : quand socialisation de genre et socialisation scolaire s’entrecroisent. Épisode 2/2 : Les écarts se creusent durant la scolarité

Le temps passé dans l’institution scolaire vient-il effacer les différences liées à la socialisation genrée ? Pour répondre à cette question, nous allons comparer les différences entre filles et garçons qui apparaissent chez les élèves de 6ème et les terminales de notre échantillon. D’emblée, il apparait que le nombre de critères sur lesquelles les garçons et les filles diffèrent est bien plus important en terminale qu’en 6ème.

SEP des filles et des garçons en sixième
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%
SEP des filles et des garçons en terminale
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Dès la 6ème les filles déclarent plus que les garçons se sentir capables de s’organiser, se concentrer et se motiver dans le travail scolaire. En terminale, cette tendance est confirmée et complétée par d’autres items, liés à la « carrière » dans le système scolaire. Ainsi, la prise de notes, la recherche d’informations, la capacité à être prévoyant.e quant aux travaux à effectuer, rendre ses devoirs à l’heure relèvent de demandes qui ne sont pas forcément adressées aux 6ème mais que l’on attend d’élèves de terminale. Sur chacune de ces thématiques, les filles déclarent des sentiments d’efficacité supérieurs à ceux des garçons. De même, en terminale, les filles se disent plus que les garçons capables de résister à la tentation de sécher les cours, de résister aux distractions et aux influences négatives ce qui induit qu’elles ont continué à développer des dispositions conformes aux attentes de l’institution.

En 6ème, peu de différences apparaissent en terme d’impression de pouvoir réussir selon les matières (à part en grammaire et orthographe, où les filles se sentent plus capables de réussir que les garçons). En terminale, les écarts existent toujours en français, mais de nouvelles différenciations sont apparues en EPS, en sciences, en littérature et en arts. Entre la 6ème et la terminale, il semblerait que les filles aient compris et appris qu’elles ne pourraient pas réussir en sport ou en sciences, et que leurs disciplines de prédilection se situent plutôt en arts et en langues. Dans le même temps, la réciproque s’observe pour les garçons.

Enfin, les filles disent se sentir moins capables de se défendre que les garçons en 6ème comme en terminale. L’écart entre les sexes est toutefois moins important en fin de scolarité. De même, les filles de terminale se sentent plus capable de tenir une conversation que les garçons, ce qui dénote de certaines formes d’assurance. On remarque toutefois que le SEP social (qui agrège les questions relatives aux capacités relationnelles) est plus élevé pour les garçons de terminale que pour les filles, ce qui pousse à relativiser cette assurance féminine qui semble être liée à certains contextes (les sports d’équipe, par exemple, constituent toujours un cadre dans lequel les filles se sentent moins efficaces que les garçons).

Au regard de ces résultats, il apparait que la socialisation scolaire consolide les différences genrées au lieu d’en annuler les effets.

Thomas VENET