Les « insoumis » de 1887.

En 1887, dans son rapport annuel sur la situation de l’enseignement primaire dans le département de la Somme, M.Giroud, inspecteur d’académie, déclare que dans ce département, « on compte encore plus d’un millier d’enfants des deux sexes qui ne fréquentent aucune école. Il en appelle au « zèle et à la vigilance des commissions scolaires pour diminuer le nombre des insoumis ». En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 rend l’école obligatoire pour les enfants de six ans révolus à treize ans révolus. Des commissions sont créées pour « surveiller et encourager » la fréquentation : il faut fournir un justificatif pour quatre demi-journées d’absence dans le mois et des sanctions sont prévues en cas de non-justification de celles-ci: rappel de la loi, affichage, plainte auprès du juge de paix. Malgré cela, beaucoup ne fréquentent pas du tout l’école, ou de façon trop épisodique pour y acquérir une véritable instruction.

Continuer la lecture de « Les « insoumis » de 1887. »

La définition de la spécificité des difficultés picardes en matière éducative par l’inspection générale de l’Éducation nationale dans son rapport de novembre 2001.

Ci-dessous un extrait d’un rapport de l’inspection générale qu’il me paraît tout à fait intéressant de confronter aux précédents. L’appareil statistique que l’équipe est en train d’élaborer doit  permettre d’étudier dans la longue durée ces difficultés picardes pour mieux comprendre leurs spécificités.

« La Picardie est une région dont les composantes, ni au plan économique, ni au plan social ne sont exorbitantes, non plus qu’au plan scolaire d’ailleurs : l’examen des chiffres qui décrivent sa situation nous ramène souvent au Nord–Pas-de-Calais, aux deux Normandies ou à la Champagne-Ardennes. Ni les grandes exploitations betteravières ou céréalières ne sont spécifiques, ni l’héritage difficile d’une tradition industrielle rurale, par exemple dans le textile, confrontée à partir de la fin des années soixante-dix à une « crise » mondiale, ni l’implantation dans les années soixante d’industries faisant appel à une main d’œuvre peu qualifiée, ni les problèmes économiques et sociaux des couronnes les plus périphériques de l’agglomération parisienne. De la même façon nous avons vu que ni les retards scolaires, ni les difficultés à conduire plus d’élèves au niveau d’un baccalauréat, ni les taux d’échec aux examens ne sont des spécificités picardes. Mais comme il apparaissait que l’académie d’Amiens trouvait hélas une sorte de spécificité dans la conjonction, la permanence et la gravité de difficultés scolaires sensibles, de même la région Picardie est la seule à se trouver placée par la géographie de façon aussi flagrante à la confluence des problèmes de l’agglomération parisienne et de ceux des régions où s’était affirmé l’ancien modèle industriel et agricole du nord et nord-est français, d’où un évident cumul de difficultés ».

Arnaud Desvignes (UPJV, CAREF)

L’académie d’Amiens, un territoire d’enseignement professionnel (1980-2015)?

L’académie d’Amiens a traditionnellement une offre d’enseignement professionnel importante dans le second degré. L’évolution du nombre de lycées d’enseignement professionnel publics (LEP) puis de lycées professionnels (LP) publics montre néanmoins des évolutions intéressantes, entre 1980 et 2015.

En effet, le nombre de lycées publics (toutes filières confondues) augmente jusqu’à l’année scolaire 1996-1997. Il culmine alors à près de 91 établissements dans la région de Picardie.  Les lycées professionnels ont connu un pic plus précoce, atteignant le chiffre de 48 en 1993, et déclinent ensuite en nombre.

Cette évolution différenciée se traduit par un pourcentage d’offre en nette évolution. En 1980, 60,8% des lycées étaient des lycées professionnels. En 2015, juste avant la fusion des conseils régionaux de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, cette part n’était plus que de 46,5%. L’image d’une Picardie attachée à l’enseignement professionnel doit donc tenir compte d’une réelle transformation.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).