L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

Continuer la lecture de « L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ? »

Éducation en Picardie

Le carnet « Éducation en Picardie » est créé dans le cadre du projet de recherche « Preuve », qui a débuté en novembre 2015, et est financé par le Conseil régional des Hauts de France ainsi que le FEDER. Celui-ci regroupe plusieurs chercheur(e)s issu(e)s de trois laboratoires de sciences humaines et sociales, le CAREF (EA 4697), le CHSSC (EA4289) et le CREHS (EA 4027). Il vise à comprendre les spécificités éducatives de la Picardie, aujourd’hui partie intégrante des Hauts de France. Le territoire picard se distingue en effet nettement, et ce depuis plusieurs décennies, du reste de la France métropolitaine (taux de diplômes, choix de filières, accès à l’enseignement supérieur). Le projet « Preuve » fait résolument le choix d’une approche interdisciplinaire (sciences de l’éducation, histoire, STAPS, méthodes quantitatives et qualitatives) pour comprendre et étudier cette spécificité.

 

Pour toute demande de précision ou question, n’hésitez pas à nous contacter : ismail.ferhat@u-picardie.fr