Le « retard culturel picard » : une expression et ses origines

« Retard culturel picard » ou « RCP » : d’où vient cette expression caractérisant les difficultés éducatives d’un territoire et « devenu un trait de l’identité régionale » (1) ?

Les élites locales comme les représentants de l’Etat perçoivent ces difficultés entre la fin des années 1950 et au cours de la décennie suivante, dans le contexte de « l’explosion scolaire » (2) et l’allongement de la scolarité à 16 ans, d’une part, et de la structuration de l’appareil statistique scolaire du Ministère de l’Education nationale, d’autre part, qui coïncident par ailleurs avec l’apparition du problème du retard scolaire en France : les trois départements picards accusent ainsi une « sous-scolarisation » dans le second degré (AD. Somme, 31W470). Se pose également la question des équipements scolaires dans une région dynamique démographiquement et où l’offre scolaire et universitaire est déficitaire. Le concept de sous-développement, paradigme scientifique alors dominant en sciences sociales, devenu une expression fourre-tout et à la mode (3), est utilisée pour qualifier la situation générale de la Picardie, et plus particulièrement pour dresser un état des lieux dans le domaine éducatif. En 1963, le comité régional d’expansion (futur bureau d’étude de la CODER) évoque le « sous-développement des intelligences » des jeunes ruraux de la région (AD. Somme, 64W1) tandis que la presse régionale, qui consacre un cahier spécial lors de la (re)création de l’Académie, en fait même un « mal picard » (4).

Celui-ci est utilisé comme cadrage de politique publique, comme un levier pour obtenir la création d’une Académie à Amiens – car « l’écartèlement des trois départements de la région entre trois académies » est selon eux la « raison du sous-développement intellectuel dont souffre la Picardie » (5) – des crédits plus importants de la part de l’Etat, ou maintenir la carte scolaire du premier degré. Elus et hauts-fonctionnaires d’Etat sont cependant divisés sur ce point : lors d’une séance de la CODER en juillet 1966, Max Lejeune, député-maire d’Abbeville et Président du Conseil général de la Somme, critique la fermeture des écoles rurales, car il y voit un risque d’accélération du retard éducatif picard, ce à quoi le recteur Mallet répond que les « les pays ruraux à classe unique sont, pour cette raison, les plus sous-scolarisés » (AD. Somme, 64W621). Ce dernier parle d’« une région en état de sous-développement culturel » (6), constat éclipsé dans les années 1970 par une analyse pointant le retard éducatif de la Picardie et des Picards en terme de formation / qualification, que le pouvoir régional traduit par la notion de « retard culturel picard », ou « RCP » selon la formule reprise par la sociologue Michèle Sellier au début des années 1980 (7).

Julien Cahon (UPJV, CAREF)

  1. L’Humanité, 15 janvier 2004 : https://www.humanite.fr/node/298389

  2. Louis Cros, L’explosion scolaire, Paris, CUIP, 1961.

  3. Lacoste Yves, « Le concept de sous-développement et la Géographie », Annales de Géographie, tome 76, n°418, Paris, Armand Colin, 1967, p. 644-670.

  4. Le Courrier picard, 4 juin 1964.

  5. Assemblée nationale, 3e séance du 19 janvier 1963, compte-rendu intégral, intervention de René Lamps, député communiste de la Somme, p. 1264.

  6. Le Courrier picard, 8 juillet 1969.

  7. Michèle Sellier, « Les conseillers régionaux », dans Jacques Chevallier, François Rangeon, Michèle Sellier, Le pouvoir régional, Paris, PUF, 1982, p. 50.

     


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.