Le SEP différencié filles / garçons : quand socialisation de genre et socialisation scolaire s’entrecroisent. Épisode 2/2 : Les écarts se creusent durant la scolarité

Le temps passé dans l’institution scolaire vient-il effacer les différences liées à la socialisation genrée ? Pour répondre à cette question, nous allons comparer les différences entre filles et garçons qui apparaissent chez les élèves de 6ème et les terminales de notre échantillon. D’emblée, il apparait que le nombre de critères sur lesquelles les garçons et les filles diffèrent est bien plus important en terminale qu’en 6ème.

SEP des filles et des garçons en sixième
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%
SEP des filles et des garçons en terminale
*** sign à 1% ; ** sign à 5% ; * sign à 15%

Dès la 6ème les filles déclarent plus que les garçons se sentir capables de s’organiser, se concentrer et se motiver dans le travail scolaire. En terminale, cette tendance est confirmée et complétée par d’autres items, liés à la « carrière » dans le système scolaire. Ainsi, la prise de notes, la recherche d’informations, la capacité à être prévoyant.e quant aux travaux à effectuer, rendre ses devoirs à l’heure relèvent de demandes qui ne sont pas forcément adressées aux 6ème mais que l’on attend d’élèves de terminale. Sur chacune de ces thématiques, les filles déclarent des sentiments d’efficacité supérieurs à ceux des garçons. De même, en terminale, les filles se disent plus que les garçons capables de résister à la tentation de sécher les cours, de résister aux distractions et aux influences négatives ce qui induit qu’elles ont continué à développer des dispositions conformes aux attentes de l’institution.

En 6ème, peu de différences apparaissent en terme d’impression de pouvoir réussir selon les matières (à part en grammaire et orthographe, où les filles se sentent plus capables de réussir que les garçons). En terminale, les écarts existent toujours en français, mais de nouvelles différenciations sont apparues en EPS, en sciences, en littérature et en arts. Entre la 6ème et la terminale, il semblerait que les filles aient compris et appris qu’elles ne pourraient pas réussir en sport ou en sciences, et que leurs disciplines de prédilection se situent plutôt en arts et en langues. Dans le même temps, la réciproque s’observe pour les garçons.

Enfin, les filles disent se sentir moins capables de se défendre que les garçons en 6ème comme en terminale. L’écart entre les sexes est toutefois moins important en fin de scolarité. De même, les filles de terminale se sentent plus capable de tenir une conversation que les garçons, ce qui dénote de certaines formes d’assurance. On remarque toutefois que le SEP social (qui agrège les questions relatives aux capacités relationnelles) est plus élevé pour les garçons de terminale que pour les filles, ce qui pousse à relativiser cette assurance féminine qui semble être liée à certains contextes (les sports d’équipe, par exemple, constituent toujours un cadre dans lequel les filles se sentent moins efficaces que les garçons).

Au regard de ces résultats, il apparait que la socialisation scolaire consolide les différences genrées au lieu d’en annuler les effets.

Thomas VENET


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.