Une académie sous-dotée aux débuts de la décentralisation éducative?

A partir de 1983, le processus de décentralisation commence à transformer les rapports entre collectivités locales et éducation. Les lois n° 83-8 du 7 janvier 1983 et n° 83-663 du 22 juillet 1983 confèrent à celles-ci de nouvelles compétences en matière d’établissements scolaires entre autres. En 1985, le statut des établissements publics locaux d’enseignement (EPLE) confirme le rôle des collectivités locales, présentes à leurs conseils d’administration. A l’orée de ce processus qui redonne à nouveau de l’importance aux pouvoirs locaux en matière éducative, comment se situe l’académie d’Amiens en matière d’offre scolaire?

En 1984, vingt ans après sa création, la Picardie éducative se caractérise par une offre très différenciée du reste de la France pour ce qui est du second degré public (hors enseignement agricole). En termes globaux (prise en compte des collèges, lycées, lycées d’enseignement professionnels par rapport au nombre d’élèves scolarisés), elle est sensiblement moins dotée que la moyenne des académies métropolitaines. Cependant, cette différence doit être affinée: les lycées d’enseignement professionnels sont relativement présents. C’est sur les collèges, et surtout les lycées généraux et technologiques que se situe la faiblesse de l’offre picarde, au début de la décentralisation. Pour le conseil régional comme pour l’académie, cette situation constituait un défi à relever.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.