L’école rurale en Picardie : atout ou contrainte ?

Dans les années 1960 et 1970, le débat public sur la ruralité révèle des enjeux éducatifs complexes, qui se posent avec une acuité particulière dans les régions à forte ruralité, comme la Picardie. Doit-on garder les petites communes ? Faut-il encourager le regroupement scolaire en milieu rural ou maintenir « l’école au village » ? Le sujet est brûlant et divise les élus et les représentants de l’État. Certains accusent les écoles rurales, en grande majorité à classe unique, de sous-performance, et souhaiteraient par conséquent les restreindre.

Ainsi, lors de la discussion de l’avant-projet du Plan régional de développement économique et social et d’aménagement du territoire (1963), elles « ont prouvé leur incapacité à assumer correctement l’éducation des jeunes ruraux au-delà de onze ans. » (AD. Somme, 64W1). En 1964, l’inspecteur d’académie Henry Chauchoy souligne cependant les difficultés liées au morcellement communal de la région : « La structure du département ne permet pas de réduire beaucoup le nombre de classes rurales. » (AD. Somme, 8PO55). Lors d’une séance de la CODER, le 11 juillet 1966, Max Lejeune, député-maire d’Abbeville et Président du Conseil général de la Somme, critique en revanche la fermeture des écoles rurales, héritage du réseau scolaire républicain, car il y voit un risque d’accélération du retard éducatif de la région : « sans méconnaître l’intérêt pédagogique de ces mesures, il regrette que soient négligées les possibilités de formation de base offertes par l’école primaire qu’à son avis les enfants quittent trop tôt pour des établissements secondaires où ils éprouvent souvent des difficultés d’adaptation », ce à quoi le recteur Mallet répond que « les pays ruraux à classe unique sont, pour cette raison, les plus sous-scolarisés. » (AD. Somme, 64W621). Dix ans plus tard, le 20 septembre 1976, le même débat oppose un membre du comité économique et social de Picardie au recteur Raymond Prieur, qui lui attribue un caractère positif : pour ce dernier « les écoles rurales ne représentent pas une forme décadente de la scolarité, bien au contraire. » (AD. Somme, 1175W4).

Ce débat est aussi traversé par la question de la mobilité. Le corollaire des regroupements scolaires est le transport des élèves dans l’école d’une commune voisine. Les transports scolaires, en progression constante dans les années 1960-1970, sont critiqués car coûteux, source d’inégalités sur le plan géographique, et ont des effets négatifs sur la santé des enfants. La question des transports et de la mobilité est cependant plus globale. Lors de la campagne présidentielle de 1974, Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand en font le problème fondamental de la région Picardie. Pour le candidat socialiste, « il appartiendra aux nouvelles autorités régionales de ne pas désarticuler cette région entre un arrière-pays rural en voie de régression et une Picardie parisienne. » (Le Courrier picard, interview, 14 mai 1974).

Julien Cahon (UPJV, CAREF).

Ce sujet a fait l’objet d’une communication à Berlin en août 2018 lors du congrès annuel de l’ISCHE : Ismail Ferhat et Julien Cahon, Rural education and local public policies (1950s-1990s) : the example of the French region of Picardie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.