L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

L’évolution des méthodes pédagogiques en Picardie

Depuis les années 70, de nombreux travaux de recherche en pédagogie ont été menés dans le but de réduire les inégalités scolaires et d’optimiser l’apprentissage des élèves. Bien qu’il existe toujours un décalage important – notamment temporel – entre les résultats des recherches et les pratiques professorales, nous pouvons nous poser la question de l’évolution de ces pratiques en Picardie, entre les années 70 et aujourd’hui.
Après avoir interrogé quatre inspecteurs, ayant réalisé toute leur carrière dans la région en tant qu’enseignants puis inspecteurs du premier ou du second degré, nous avons pu mettre en relation les préconisations relatives à des méthodes pédagogiques efficaces, largement véhiculées en formation ou par les recommandations officielles, avec les pratiques observées par ces acteurs de la sphère éducative.

De façon unanime, les inspecteurs défendent l’idée selon laquelle la formation initiale et continue est largement corrélée aux pratiques pédagogiques ; d’ailleurs leur diminution progressive depuis la fin des années 80 jusqu’à aujourd’hui paraît assez inquiétante et rend difficile un suivi et un accompagnement efficace des enseignants. Même si des initiatives peuvent être remarquées chez certains enseignants, elles restent isolées et ne peuvent bénéficier d’un partage auprès de la communauté éducative. Toutefois, depuis les années 70, l’attention accordée aux élèves en difficulté a pu largement évoluer de façon positive, surtout dans le premier degré.
L’accompagnement reste toutefois un moyen certain pour optimiser l’évolution des pratiques, mais celui-ci est très inégal selon les contextes scolaires et les périodes. Par exemple, les moyens mis à disposition en termes de formation et d’accompagnement en zone d’éducation prioritaire portent leurs fruits, mais cela se fait au détriment d’autres établissements ou d’autres secteurs qui ne rentrent pas dans cette catégorie.
En ce qui concerne la région, la spécificité de la Picardie reste difficilement explicable. Il s’agit plutôt, aux dires des inspecteurs, de la conséquence de multiples facteurs qui ne permettent pas une évolution sensible des pratiques et conduisent plutôt à une inertie. Par exemple nous pouvons citer le turn-over important d’une partie des enseignants du second degré. L’académie étant peu attractive et apparaissant depuis longtemps au plus bas dans les barèmes de mutation, bon nombre d’enseignants ne font que passer deux ou trois ans pour ensuite quitter l’académie. Et au contraire, certains secteurs ruraux sont plutôt touchés par une stabilité très importante des enseignants, notamment dans le premier degré, ce qui génère peu de nouveauté, peu d’initiatives locales et une forte inertie. Au niveau du recrutement des enseignants dans le premier degré, l’académie est déficitaire, ce qui conduit à un recrutement important de professeurs des écoles, certaines années à un niveau assez bas. Autre élément spécifique, la question de la mobilité et le poids des représentations collectives, surtout en milieu rural, semble être un frein important à la réussite : les inspecteurs remarquent de grandes difficultés pour les élèves et de bon nombre de parents à appréhender l’avenir plus loin que leur quartier ou leur secteur malgré les moyens mis en place. Même si l’ambition semble avoir évolué de façon positive, il n’en demeure pas moins que le bassin de vie reste primordial et que seuls les meilleurs élèves s’en éloignent et partent poursuivre leurs études à Reims, Rouen, Lille ou Paris. Même la ville d’Amiens est bien souvent délaissée, les familles préférant user des filières courtes et proches géographiquement.

Lucie Mougenot (CAREF, UPJV).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.