Une nouvelle académie déjà à part ? L’offre d’établissements secondaires publics en Picardie et en France métropolitaine en 1964.

Les mobilisations sociales, les politiques publiques et l’opinion mettent parfois en avant la question de l’offre scolaire comme un élément explicatif de réussite éducative sur un territoire donné. A contrario, la faiblesse ou la réduction du nombre d’établissements sont présentées comme un facteur de moindre performance éducative. A cela s’ajoute la question de l’effet de la taille de l’établissement dans la réussite et le bien-être des élèves. Ce dernier sujet suscite un débat là aussi à la croisée brûlante des sciences sociales et du débat public et ce jusqu’à aujourd’hui[1].

Qu’en est-il pour l’académie d’Amiens à sa création en 1964 ? Y trouve-t-on éventuellement une faible offre d’établissement ? La Picardie se différencie-t-elle (déjà) du reste de la métropole en matière éducative ?

La vérification empirique présentée ici s’appuie sur les statistiques du Ministère de l’Éducation nationale pour l’année scolaire 1964-1965. Les établissements (et les effectifs scolarisés) pris en compte sont ceux du second degré public, à l’exclusion des établissements agricoles, hélas non recensés, et des CFA, qui n’existaient pas encore sous cette dénomination. Les académies métropolitaines qui existent en 1964 se voient ici chacune affecter trois données : le ratio d’élèves du second degré par établissement du second degré (toutes catégories confondues), le ratio d’élèves du second degré par lycée, le ratio d’élèves du second degré de l’académie par collège d’enseignement technique (CET). Pour l’académie d’Amiens, les données sont présentées à la fois sur l’ensemble du territoire picard et par département, afin de repérer d’éventuelles différences entre l’Aisne, l’Oise et la Somme.

Une académie à part dès sa création ?

Qu’en est-il, en matière d’offre d’établissements par rapport à la population scolarisée dans le second degré public, pour la Picardie et ses départements en 1964, à la création de l’académie d’Amiens ?  Il a été fait le choix d’une présentation graphique des différences et des ressemblances en la matière entre académies. Le choix d’une classification ascendante hiérarchique (CAH) sous forme de dendrogramme a été faite ci-dessous. Cette technique permet de repérer de manière visuelle deux constats principaux. Le premier est le degré d’éloignement entre deux académies : plus elles sont distantes sur le graphique, plus elles sont différentes. Le second est l’existence de groupes d’académies : ceux-ci traduisent une certaine proximité de profil des offres d’établissement du second degré public.

Figure 1- CAH présentée sous forme de dendrogramme, ratio élèves/établissements scolaires dans les académies métropolitaines en 1964 (Projet de recherche PREUVE).

La CAH permet ici d’établir, en cumulant les trois ratios, des rapprochements de profils académiques d’offre scolaire. De manière nette, l’académie d’Amiens, s’il est pris en compte les trois ratios, est l’une des plus éloignées de la moyenne métropolitaine. Une sous-offre dans les lycées, mais aussi dans les CET apparaît par rapport à la population scolarisée donnée dans le second degré public. De ce fait, le profil de l’académie d’Amiens est proche de celle de Paris, de Caen, d’Orléans et de Lille. Ceci pourrait laisser entendre une forme de continuité territoriale autour d’un bassin parisien doté d’une relative homogénéité. En réalité, cette continuité apparente est pour le moins à nuancer : l’académie de Rouen apparaît ainsi relativement différente de celle d’Amiens, tout comme celle de Reims.

L’académie d’Amiens est-elle par ailleurs un ensemble homogène en 1964 ?

La Somme et l’Aisne sont très proches du profil académique, ce qui tendrait à montrer une proximité en 1964 du profil d’offre du second degré public dans ces deux départements. Par contre, l’Oise se distingue de manière remarquable : elle est très proche de la moyenne métropolitaine. Le constat est donc contrasté : l’académie d’Amiens se caractérise par une forte présence des établissements du second degré court (sauf CET), ainsi que par une faible présence de lycées. Dès sa création donc en 1964, certains traits spécifiques apparaissent, aussi bien par rapport aux autres académies qu’entre ses différents départements.

Ismail Ferhat (CAREF, UPJV).

[1] Pour une approche bibliographique sur le sujet : Cédric Afsa, « Une question de taille », Éducation & formations n° 85, novembre 2014, p.63-72 ; Macarena Ares Abalde, « School Size Policies : A Literature Review », Documents de travail de l’OCDE sur l’éducation, n°106, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.