Impact indirect des classes sociales sur les croyances des élèves en leur propre efficacité.

Selon Bourdieu en 1966, l’école était un moyen très efficace de conservation sociale. Qu’en est-il aujourd’hui concernant les jeunes scolarisés en Picardie ? Au regard de l’analyse du sentiment d’efficacité personnelle des élèves, c’est-à-dire leurs croyances en leurs capacités de réussite, on se rend compte que les catégories socioprofessionnelles des élèves tendent toujours à entretenir des écarts dans l’accès à la réussite, mais les données montrent que cela n’est pas si tranché et que le lien entre les classes sociales d’appartenance et la réussite est aussi indirect.

Les croyances des élèves en leur capacités de réussite

Quand on interroge les élèves de 10 et 11 ans (n = 526), on se rend compte que ceux qui se sentent les moins capables de réussir à l’école sont les enfants de père sans activité ou employés. Par contre, l’origine sociale a peu d’influence à cet âge, aux dires des enfants, sur des variables comme la capacité à pouvoir se concentrer, à mémoriser, trouver un endroit calme pour travailler, demander de l’aide à sa famille. De même, les différences n’apparaissent pas au sujet de la capacité des enfants à réussir dans les différentes disciplines scolaires. En revanche, quand on interroge les élèves de 3ème, seconde et terminale, les liens entre PCS du père et sentiment d’efficacité personnelle sont plus forts : par exemple, on observe que les enfants d’ouvriers sont sous représentés parmi ceux qui se sentent le plus capables de ne pas se laisser distraire quand il y a du travail à faire et les enfants de père sans activité sont surreprésentés parmi ceux qui disent avoir du mal à résister à cette distraction. Des différences très significatives apparaissent aussi dans la capacité à se motiver pour travailler (surreprésentation des enfants d’artisans, commerçants, chefs d’entreprise). De façon globale, le sentiment d’efficacité scolaire des 15/18 ans est corrélé au catégories sociales d’appartenances : ceux qui se sentent les moins capables de réussir sont les enfants de retraités, d’ouvriers et de père sans activité.

Des différences dans les pratiques culturelles des 15 / 18 ans.

Des différences au plan culturel apparaissent très nettement : les enfants de père retraités sont ceux qui vont le moins souvent sur internet, les enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires sont ceux qui font du sport le plus souvent et qui regardent le moins la télévision, alors que ceux qui font le moins de sport sont les enfants de père sans activité.

Fait marquant, à cet âge, les enfants qui lisent le plus sont de loin les enfants catégories supérieures mais aussi les enfants de père sans activité. Ceux qui ne lisent jamais sont surreprésentés chez les ouvriers. Les enfants de père sans activité sont ceux qui jouent le plus aux jeux de société et partent moins en vacances que les autres. Les élèves des catégories supérieures vont, de façon très significative, davantage au cinéma, ils écoutent beaucoup plus la radio, jouent de la musique, partent souvent en vacances, vont au théâtre.

Les pratiques culturelles extrascolaires sont très marquées socialement, davantage que les croyances des élèves à pouvoir réussir à l’école s’organiser pour travailler. Or, il semble que ces différences en tant qu’acquisitions extra scolaires soient déterminantes pour la réussite et l’orientation, Bourdieu le montrait déjà en 1966 : « c’est le niveau culturel global du groupe familial qui entretient la relation la plus étroite avec la réussite scolaire de l’enfant ». Cette étude sera complétée par une focalisation sur d’autres variables pouvant permettre de mieux comprendre les inégalités, comme la PCS de la mère et les caractéristiques des territoires.

Lucie Mougenot (UPJV, CAREF).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.