Statistiques et choix politiques

 

Dans le projet de recherche Preuve, la question statistique est un élément primordial de compréhension des phénomènes éducatifs en Picardie. Néanmoins, cela ne permet de saisir qu’une partie des difficultés rencontrées, d’où les investigations en d’autres directions telles que documents d’archives, publications, littérature, témoignages, enquêtes de terrain.

Pour autant la collecte des statistiques est importante, tellement importante que les autorités publiques peuvent parfois avoir tendance à en masquer les résultats. C’est le cas particulièrement au début des années 1900 à propose de l’illettrisme ou de l’analphabétisme, le vocabulaire n’étant pas nécessairement très stabilisé.

Certes, on sait que les statistiques ne disent pas tout et surtout que la précision mathématique est trompeuse : ainsi le taux de fréquentation scolaire auquel sont attentifs les autorités publiques depuis que l’obligation scolaire a été instaurée en France en 1882 est en partie faux, comme a pu le montrer depuis longtemps Jean Noël Luc[1]. Les instituteurs, chargés de renseigner les enquêtes, n’ont pas intérêt à trop souligner les carences de la scolarisation dans leur école et la minimisent en partie. Les inspecteurs d’académie qui rédigent une synthèse dans leur rapport au Conseil départemental chaque année lisse également les difficultés, mais les laissent malgré tout apparaître. En définitive, des bilans  sont dressés chaque année au niveau ministériel et tous les cinq ans une statistique nationale paraît.

On se rappellera en effet que les républicains au pouvoir estiment que la collecte des statistiques n’était pas satisfaisante jusqu’à présent ; la commission Levasseur la réorganisa. Tous les 5 ans de 1876 à 1906 une Statistique de l’enseignement primaire est désormais publiée. Elle vise à montrer les réussites de la politique éducative du nouveau régime. L’exposition universelle de 1878 a été une première occasion d’en afficher publiquement les résultats. Les enquêtes statistiques, sont donc un instrument de politique éducative auxquelles tiennent particulièrement les républicains, épris de rationalité. Il s’agit notamment de s’assurer des progrès de la fréquentation scolaire. Dénombrer, c’est en quelque sorte lutter contre l’absentéisme et son corollaire l’illettrisme. Néanmoins, après 1877, les informations quant à la fréquentation effective ne sont plus publiées : ne sont portées à la connaissance du public que les inscriptions. La persistance de l’absentéisme explique vraisemblablement ce changement : être inscrit à l’école ne signifie pas la fréquenter. D’où l’intérêt de consulter les Bulletins départementaux qui, chaque année donnent ce type d’informations ou les états de situation annuelle qui renseigne les autorités administratives, mais ne sont pas publiées. On soulignera qu’en 1909, le dernier bilan quinquennal est porté à la connaissance de l’opinion publique : l’enseignement primaire est installé dans la totalité de ses structures, l’absentéisme est désormais laissé pour compte, pour le grand public. Il n’est pas utile de souligner les difficultés. On s’intéresse plutôt désormais aux « retardés ».

Ainsi les statistiques ministérielles ont un objectif clairement politique. A quoi vise-t-elle  donc ? A montrer la réussite de la politique éducative républicaine et les progrès enregistrés en matière éducative et en l’occurrence de fréquentation scolaire, facteur de réduction de l’illettrisme. Mais en se limitant aux inscriptions, on passe sous silence les difficultés rencontrées par la fréquentation effective. Il s’agit donc bien de souligner l’efficacité des mesures prises, d’en mesurer l’impact comme on dirait aujourd’hui. Cette approche rejoint ainsi les images que l’on retrouve dans le manuel de Lavisse à destination des écoles primaires : l’école d’avant – celle de l’Ancien régime, c’était l’échec – celle de la République, c’est le succès[2].

Que peut-on repérer à ce propos en Picardie ?

Si l’on prend pour point de départ la première cartographie éducative de la France, à savoir l’enquête sur l’alphabétisation des Français menée par Louis Maggiolo en 1877-1879, à cette date, aucun des trois départements de ce qui sera la future région picarde n’accuse de retard scolaire par rapport au reste de la France métropolitaine. Ils sont au contraire favorisés – car mieux alphabétisés que dans d’autres régions de France. La Somme est ainsi pionnière dans la mise en place des nouvelles politiques éducatives du XIXe siècle telle que la loi Guzot comme l’a montré René Lemoine en 1933[3]. La commune d’Amiens a été à l’avant-garde des réformes éducatives, sur les sujets de laïcisation, de la gratuité scolaire, de l’organisation de concours scolaire à partir des années 1870, d’où la présence de travaux d’élèves de la Somme dans les expositions régionales et universelles, tels que cela apparaît dans les cahiers de l’école de  Beauquesne conservés aux Archives départementales de la Somme[4]. L’expérience scolaire amiénoise a d’ailleurs des conséquences nationales puisqu’en 1886, le maire d’Amiens René Goblet devient ministre de l’Instruction publique, puis brièvement Président du conseil et sera le promoteur de la loi de 1886 sur l’enseignement primaire.

Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, précise ainsi qu’en 1884, aucune commune de la Somme ou de l’Oise n’est dépourvue d’école. C’est donc bien le signe d’une vraie réussite de la politique menée en matière d’offre. Les résultats scolaires sont plutôt encourageants. En 1829, la moyenne de l’instruction des conscrits (sachant lire et écrire) est de 44,8 % en France, elle est de  64,3 dans l’Aisne, de  63,4 % dans l’Oise, de 49% dans la Somme et en 1889, de 91% dans l’Oise de 88,9% de la Somme, de 86,6 % dans l’Aisne.  La Somme est le 43e département pour le nombre de conscrits sachant lire, 87% des personnes se mariant peuvent signer le registre d’état civil (84 % des femmes et 90% des hommes).

Toutefois, dès les années 1883, le Dictionnaire de pédagogie montre les ferments des difficultés à venir : la Somme est passée du 44e rang des départements les plus alphabétisés en 1829 au 53e en 1833. Ce déclin se poursuit dans les années suivantes ; il en va de même dans l’Oise qui passe du 17e rang au 35à la même période. Il y a donc un retournement de la dynamique éducative picarde et une montée progressive des difficultés scolaires à la fin du XIXe siècle. Mais on comprend aussi que ce recul de plus en plus important doit être masqué, sous peine d’admettre qu’il y a des résistances à la scolarisation obligatoire : que l’offre, en quelque sorte ne rencontre pas la demande. Peut-on penser que beaucoup encore estime qu’aller à l’école n’apporte pas grand-chose trouver un emploi à la manufacture de textile, à l’usine de robinetterie ou à la ferme. La guerre de 1870 qui  s’est en partie déroulée sur le territoire y est-elle pour quelque chose  également ?

Bref, si l’on veut disposer d’informations statistiques précises et aller au-delà des choix politiques du temps, il est ainsi nécessaire de remplir le rôle que les statisticiens du début du siècle ont eu consigne de ne pas jouer et reconstituer les séries qui n’ont jamais été constituées.

Bruno Poucet (UPJV, CAREF).

[1] Jean-Noël Luc, La Statistique de l’enseignement primaire aux XIXe et XXe siècles. Politique et mode d’emploi, Paris, Economica, 1985.

[2] Ernest Lavisse, Histoire de France, cours moyen, certificat d’études primaires,  A. Colin,  1890, p. 238-239.

[3] René Lemoine, La loi Guizot, son application dans le département de la Somme, Paris Hachette, 1933.

[4] AD80, 99T403 064 à 66.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.