Les problèmes éducatifs en Picardie vus par l’inspection académique de l’Oise

L’Oise est le seul département picard pour lequel on dispose d’un nombre conséquent de rapports de l’inspection académique, quasiment année par année, de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1970. Or, la lecture attentive des rapports des années 1950 et 1960 permet de voir apparaître les difficultés éducatives identifiées en Picardie, au niveau du département de l’Oise.
Trois extraits de rapports de l’inspection académique de l’Oise, consultés aux Archives départementales de l’Oise, paraissent utiles à citer car ils permettent de voir l’apparition progressive de ces mêmes difficultés :

*Extrait n°1 : Rapport de l’inspection académique de l’Oise daté d’août 1957 :
Aussi voit-on qu’on a à faire face aux plus grandes difficultés pour accueillir le flot des élèves qui se pressent chaque année plus nombreux aux portes de nos établissements et de nos écoles, et cela, sans doute, en raison de l’accroissement de la natalité, mais aussi de la volonté de plus en plus marquée des familles, même les plus modestes, de faire bénéficier leurs enfants de l’enseignement qui est donné dans les établissements d’enseignement secondaire ou technique.
On peut dire cependant qu’il a pu encore être satisfait à l’essentiel des besoins, à la fois en locaux et en personnel, encore que l’on soit contraint de faire appel à un nombre de plus en plus grand de professeurs auxiliaires dans les établissements d’enseignement secondaire et technique et d’instititeurs remplaçants dans l’enseignement primaire
Près de 400 postes d’instituteurs titulaires, sur 2250, sont confiés ainsi à des remplaçants, dont certains témoignent déjà de réelles qualités pédagogiques, mais dont beaucoup aussi, malgré une bonne volonté à laquelle je me plais à rendre hommage, on encore à apprendre pour être vraiment qualifiés. Il y a là uen situation d’ensemble qui est vraiment préoccupante et qui va chaque année s’aggravant un peu plus, faute, sans nul doute pour ceux qui viendraient à l’enseignement, de trouver en face de l’éminente dignité de la fonction des conditions de vie qui soient au moins à la mesure de celles qui sont consenties par le secteur privé”

*Extrait n°2 : Rapport de l’inspection académique de l’Oise concernant l’année scolaire 1958-1959 :

Depuis 10 ans, la population scolaire dans le premier degré a pratiquement doublé dans le département. Même augmentation dans l’enseignement du second degré et dans l’enseignement technique, bien que, dans ce dernier enseignement, la natalité de l’après-guerre ne se soit pas encore répercutée. L’augmentation est due essentiellement au fait que d’elles-mêmes et avant l’heure, les familles pratiquent la prolongation de la scolarité, sans doute parce qu’elles en sentent le bien-fondé.

En face de ces besoins accrus, les difficultés de recrutement du personnel n’ont fait que s’aggraver. Dans l’enseignement du premier degré, il manque environ 500 maîtres titulaires, contre 400 l’an dernier. Pour y remédier, nous avons dû faire appel à des maîtres auxiliaires remplaçant sou suppléants éventuels, les remplaçants étant pourvus des deux parties du bac, les suppléants éventuels du brevet élémentaire ou de la première partie du bac. Avec l’appoint des suppléants éventuels, le service normal et les suppléances ont pu être assurées tant bien que mal, mais on voit l’incidence possible de cette situation sur la qualité de notre enseignement primaire. L’enseignement du second degré et l’enseignement technique ne sont pas mieux partagés. Ils manquent de professeurs, surtout de professeurs scientifiques et techniques. Les postes qui n’ont pu être pourvus, ni par le ministère, ni par le rectorat, l’ont été départementalement, à l’aide de bons maîtres de l’enseignement du premier degré, mais ces maîtres doivent être remplacés dans leurs classes. Le problème se trouve déplacé mais il n’est pas résolu pour autant”.

*Extrait n°3 : Rapport de l’inspection académique de l’Oise pour l’année 1959-1960 :

Nous enregistrons, pour l’année scolaire 1959-1960, une nouvelle progression des effectifs scolaires dans tous les ordres d’enseignement, premier degré, second degré, technique. Cette progression est due à deux phénomènes qui vont dans le même sens : l’augmentation de la natalité et l’augmentation du taux de scolarisation. Ce dernier phénomène ne fera que s’accentuer avec la réforme de l’enseignement et la prolongation de la scolarité jusqu’à l’âge de 16 ans.

La progression des effectifs entraîne des besoins supplémentaires en personnel enseignant alors que nous manquons déjà de personnel titulaire. Force est donc de recourir à des maîtres auxiliaires en grand nombre. Mais ces maîtres se recrutent avec beaucoup de peine et, de plus, ils sont inexpérimentés, ce qui aggrave nos difficultés […] Une remarque concernant la scolarisation de notre département sur laquelle notre attention s’est trouvée attirée lors de l’établissement du quatrième plan de modernisation et d’équipement. Nous avons constaté que le département était fortement sous-scolarisé. Alors qu’en 1958 les élèves au niveau de la 4e se répartissaient, pour la France entière, de la façon suivante : 20% pour l’enseignement long général, 6,5% pour l’enseignement long technique, 15% pour l’enseignement court général, 18,5% pour l’enseignement court technique, ils se répartissaient ainsi dans l’Oise : 13% pour l’enseignement long général, 5,5% pour l’enseignement long technique, 10,2% pour l’enseignement court général, 11% pour l’enseignement court technique. De plus, si les pourcentages pour l’enseignement court général et pour l’enseignement court technique ont progressé depuis lors jusqu’à 13,5% et 14,1%, les pourcentages pour l’enseignement long général et l’enseignement long technique n’ont guère varié. Notre département de l’Oise est donc nettement sous-scolarisé et cela nous trace notre devoir : nous devons, en même temps, demander des crédits élevés de construction pour nos enseignements généraux et techniques et entreprendre une campagne d’information auprès des familles pour les inciter à faire continuer des études à leurs enfants. Notre département se doit d’occuper un rang élevé dans la hiérarchie de la scolarisation : son avenir en dépend”.

Arnaud Desvignes (UPJV, CAREF).

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.