Les « insoumis » de 1887.

En 1887, dans son rapport annuel sur la situation de l’enseignement primaire dans le département de la Somme, M.Giroud, inspecteur d’académie, déclare que dans ce département, « on compte encore plus d’un millier d’enfants des deux sexes qui ne fréquentent aucune école. Il en appelle au « zèle et à la vigilance des commissions scolaires pour diminuer le nombre des insoumis ». En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 rend l’école obligatoire pour les enfants de six ans révolus à treize ans révolus. Des commissions sont créées pour « surveiller et encourager » la fréquentation : il faut fournir un justificatif pour quatre demi-journées d’absence dans le mois et des sanctions sont prévues en cas de non-justification de celles-ci: rappel de la loi, affichage, plainte auprès du juge de paix. Malgré cela, beaucoup ne fréquentent pas du tout l’école, ou de façon trop épisodique pour y acquérir une véritable instruction. Les raisons de ces absences sont bien connues : admission prématurée dans les ateliers, occupation aux travaux agricoles, à la garde des bestiaux, indifférence ou pauvreté des parents. Après avoir quitté l’école à 12 ou 13 ans, ces adolescents n’ayant pas ou peu fréquenté l’école sont qualifiés, à leur arrivée au régiment à 18 ans, « d’illettrés », c’est-à-dire « qui ne sait ni lire ni écrire »,selon la définition du Dictionnaire de Pédagogie et d’Instruction primaire.

Cette situation est intolérable aux yeux des administrateurs de l’Instruction publique, car c’est un obstacle à l’accomplissement de l’œuvre scolaire de la IIIe République : malgré les efforts consentis par l’État, tous les enfants de France n’acquièrent pas, à l’école élémentaire, ce qui était prévu dans les programmes de 1882 : non seulement « une somme de connaissances appropriées à leurs futurs besoins », mais aussi « une intelligence ouverte et éveillée ».

Maryse Cuvillier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *