Les causes du « retard culturel picard » d’après la revue « L’Éducation » en 1971.

Pour faire écho aux propos de Julien Cahon, voici un extrait de la revue « L’Éducation » du 17 juin 1971, montrant que l’on a conscience dès cette date que le « retard culturel picard » n’est pas seulement dû aux destructions des deux guerres mondiales, même si celles-ci constituent un facteur explicatif de premier plan :

« Si la ville d’Amiens a une vieille tradition universitaire, avec une école de médecine remontant à 1809, la région picarde a, pendant longtemps, souffert d’un important retard en matière d’enseignement secondaire et supérieur.
Les lourdes destructions et les pertes subies au cours de trois conflits échelonnés sur moins de trois quarts de siècle ont fait obstacle à un développement rapide de la population ou de ses activités. Ici, plus qu’ailleurs, il a fallu reconstruire avant de créer du nouveau, et la reconstruction, sentie comme une sorte de devoir picard, a absorbé forces et ressources.
D’autre part, située entre des régions de très forte concentration industrielle, la Picardie, après avoir connu une étonnante prospérité, grâce à un artisanat industriel s’appliquant à des productions riches (velours par exemple), n’a pas trouvé de pôle principal de développement économique. Une agriculture en voie de concentration et à la recherche de débouchés pour sa production, une industrie dispersée dans l’espace, s’adressant à des spécialités très diverses, travaillant souvent à façon pour de plus puissantes entreprises extérieures à la région, ne laissent apparaître aucune de ces activités dominantes autour desquelles, avec le temps, se sont édifiées les académies de Lyon ou de Grenoble, voire de Toulouse ou de Bordeaux.
L’absence d’activité dominante a eu pour effet de diminuer l’urgence des besoins en matière de formation, que la dispersion géographique, et socio-économique, et les habitudes individualistes de la population masquaient également. L’absence de formation à son tour a provoqué un réel sous-équipement de la région en hommes qualifiés et a freiné reconversions, innovations, ou même simple expansion, industrielles ou économiques.
Enfin l’urbanisation peu marquée, le grand nombre de villes de moyenne importance, l’absence de capitale régionale puissante, ont indirectement contribué à ralentir le développement des moyens d’enseignement et à accroître la proportion d’enfants mal adaptés, au départ, à un accès dans le second degré ».

Arnaud Desvignes, postdoctorant à l’université de Picardie Jules Verne, laboratoire CAREF.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *