L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

La fin de la guerre n’entraîne pas un retour à la normale. En 1919, un état des lieux partiel est effectué dans 5 des 7 circonscriptions primaires du centre et de l’est de la Somme : 8 % des écoles sont intactes, 40 % endommagées et 52 % détruites (ADS, 99T397071). Dans l’Oise, près du quart des écoles primaires étaient détruites et 12% partiellement endommagées. Ce sont des baraquements qui attendent la plupart des élèves picards à la rentrée 1919, voire des édifices cultuels (ADS, 99T397071). L’inspecteur d’académie en poste dans la Somme s’inquiète lui du faible nombre d’enfants ayant dépassé l’âge scolaire (13 ans) fréquentant l’école dans les anciennes « zones de guerre », situation qui s’expliquerait selon l’inspecteur primaire de la circonscription de Montdidier par le contexte de pénurie de main d’œuvre pour la reconstruction (ADS, 99T397071).

Il serait simpliste de voir dans ce conflit l’origine du retard éducatif des départements de la future académie d’Amiens, mais on peut émettre l’hypothèse qu’il a au moins contribué à fragiliser l’École dans ces départements, alors que la reconstruction scolaire n’y semble pas prioritaire, du moins pas avant le milieu des années 1920.

Cela fera l’objet d’une double communication, lors du colloque international « La prise de décision dans les structures éducatives » (Toulouse, 10 octobre 2017) et lors du colloque « L’Académie de Paris pendant la Grande Guerre » (Paris, 9 novembre 2017).

Julien Cahon, Maître de conférences, UPJV, laboratoire CAREF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *