Un recteur face à la Picardie : l’intervention de Robert Mallet devant la CODER, 11 juillet 1966.

A partir de 1964, apparaissent les préfets de région, assistés de la CODER (commission de développement économique régionale). La même année est recréée l’académie d’Amiens. Elle est confiée à un recteur atypique, Robert Mallet, ancien résistant, ayant travaillé à Madagascar et poète. Celui-ci doit créer de toute pièce un nouveau rectorat, fonder une administration régionale sans une collectivité locale correspondante. A la réunion de la CODER du 11 juillet 1966, il présente un long rapport sur son action et sur les perspectives éducatives du territoire picard.  Il y souligne la tension entre la nécessité d’une politique éducative nationale et l’adaptation à la réalité locale.

Affirmant le rôle de recteur comme représentant des pouvoirs publics, il défend dans son rapport une politique centrant les efforts « sur les grands centres universitaires tant pour éviter une dispersion des individus et une dispersion des moyens ». Cette mise en garde n’est pas un hasard : Robert Mallet prépare en effet déjà le projet d’une université picarde, l’actuelle Université de Picardie Jules Verne. Il considère que celle-ci aurait plus de chances d’être créée si un vaste campus était organisé, regroupant étudiants, universitaires et locaux dans un endroit unique.  Il ouvre ainsi un débat nouveau sur la politique de localisation universitaire sur le territoire picard.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Pour aller plus loin

Les causes du « retard culturel picard » d’après la revue « L’Éducation » en 1971.

Pour faire écho aux propos de Julien Cahon, voici un extrait de la revue « L’Éducation » du 17 juin 1971, montrant que l’on a conscience dès cette date que le « retard culturel picard » n’est pas seulement dû aux destructions des deux guerres mondiales, même si celles-ci constituent un facteur explicatif de premier plan :

« Si la ville d’Amiens a une vieille tradition universitaire, avec une école de médecine remontant à 1809, la région picarde a, pendant longtemps, souffert d’un important retard en matière d’enseignement secondaire et supérieur.
Les lourdes destructions et les pertes subies au cours de trois conflits échelonnés sur moins de trois quarts de siècle ont fait obstacle à un développement rapide de la population ou de ses activités. Ici, plus qu’ailleurs, il a fallu reconstruire avant de créer du nouveau, et la reconstruction, sentie comme une sorte de devoir picard, a absorbé forces et ressources.
D’autre part, située entre des régions de très forte concentration industrielle, la Picardie, après avoir connu une étonnante prospérité, grâce à un artisanat industriel s’appliquant à des productions riches (velours par exemple), n’a pas trouvé de pôle principal de développement économique. Une agriculture en voie de concentration et à la recherche de débouchés pour sa production, une industrie dispersée dans l’espace, s’adressant à des spécialités très diverses, travaillant souvent à façon pour de plus puissantes entreprises extérieures à la région, ne laissent apparaître aucune de ces activités dominantes autour desquelles, avec le temps, se sont édifiées les académies de Lyon ou de Grenoble, voire de Toulouse ou de Bordeaux.
L’absence d’activité dominante a eu pour effet de diminuer l’urgence des besoins en matière de formation, que la dispersion géographique, et socio-économique, et les habitudes individualistes de la population masquaient également. L’absence de formation à son tour a provoqué un réel sous-équipement de la région en hommes qualifiés et a freiné reconversions, innovations, ou même simple expansion, industrielles ou économiques.
Enfin l’urbanisation peu marquée, le grand nombre de villes de moyenne importance, l’absence de capitale régionale puissante, ont indirectement contribué à ralentir le développement des moyens d’enseignement et à accroître la proportion d’enfants mal adaptés, au départ, à un accès dans le second degré ».

Arnaud Desvignes, postdoctorant à l’université de Picardie Jules Verne, laboratoire CAREF.

L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

La fin de la guerre n’entraîne pas un retour à la normale. En 1919, un état des lieux partiel est effectué dans 5 des 7 circonscriptions primaires du centre et de l’est de la Somme : 8 % des écoles sont intactes, 40 % endommagées et 52 % détruites (ADS, 99T397071). Dans l’Oise, près du quart des écoles primaires étaient détruites et 12% partiellement endommagées. Ce sont des baraquements qui attendent la plupart des élèves picards à la rentrée 1919, voire des édifices cultuels (ADS, 99T397071). L’inspecteur d’académie en poste dans la Somme s’inquiète lui du faible nombre d’enfants ayant dépassé l’âge scolaire (13 ans) fréquentant l’école dans les anciennes « zones de guerre », situation qui s’expliquerait selon l’inspecteur primaire de la circonscription de Montdidier par le contexte de pénurie de main d’œuvre pour la reconstruction (ADS, 99T397071).

Il serait simpliste de voir dans ce conflit l’origine du retard éducatif des départements de la future académie d’Amiens, mais on peut émettre l’hypothèse qu’il a au moins contribué à fragiliser l’École dans ces départements, alors que la reconstruction scolaire n’y semble pas prioritaire, du moins pas avant le milieu des années 1920.

Cela fera l’objet d’une double communication, lors du colloque international « La prise de décision dans les structures éducatives » (Toulouse, 10 octobre 2017) et lors du colloque « L’Académie de Paris pendant la Grande Guerre » (Paris, 9 novembre 2017).

Julien Cahon, Maître de conférences, UPJV, laboratoire CAREF

Éducation en Picardie

Le carnet « Éducation en Picardie » est créé dans le cadre du projet de recherche « Preuve », qui a débuté en novembre 2015, et est financé par le Conseil régional des Hauts de France ainsi que le FEDER. Celui-ci regroupe plusieurs chercheur(e)s issu(e)s de trois laboratoires de sciences humaines et sociales, le CAREF (EA 4697), le CHSSC (EA4289) et le CREHS (EA 4027). Il vise à comprendre les spécificités éducatives de la Picardie, aujourd’hui partie intégrante des Hauts de France. Le territoire picard se distingue en effet nettement, et ce depuis plusieurs décennies, du reste de la France métropolitaine (taux de diplômes, choix de filières, accès à l’enseignement supérieur). Le projet « Preuve » fait résolument le choix d’une approche interdisciplinaire (sciences de l’éducation, histoire, STAPS, méthodes quantitatives et qualitatives) pour comprendre et étudier cette spécificité.

 

Pour toute demande de précision ou question, n’hésitez pas à nous contacter : ismail.ferhat@u-picardie.fr