Réussite au « bac G » dans l’académie d’Amiens : des années perdues?

évolution_réussite_bacG

Lors de la re-création de l’académie d’Amiens, en 1964, le taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie était de 61,2 %; il dépassait le taux national (59,9%). Celui de l’académie de Lille (61,4%) dépassait alors légèrement celui de l’académie d’Amiens. L’année suivante, ce taux progressait de manière spectaculaire à Amiens (66,5%) pour dépasser celui de Lille de 3,5 points environ (62,9%) et le taux national de 5,5 points environ (60,9 %). L’année suivante (1966), les taux de réussite, tant au niveau des académies susmentionnées qu’au niveau national, baissaient fortement, et se rapprochaient au point de se tenir dans une fourchette comprise entre 48,3 % et 49,8 %.

Les années 1967, 1969 et 1970 confirmèrent un taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens supérieur au taux national (d’environ 2 à 4 points) et au taux de réussite de l’académie voisine (sauf pour l’année 1967). L’année 1968 est particulière ; elle a vu le taux de réussite au baccalauréat général explosé, passant au niveau national de 59,6 % à 81,3 %. La progression fut moins spectaculaire dans les académies d’Amiens et de Lille. Les taux dans celles-ci étaient respectivement de 79,6 % et 74,46 %.

Par rapport aux résultats au baccalauréat général, l’académie d’Amiens est passée de bonne élève à élève en difficulté. Cela s’est fait à plusieurs moments clés.

La comparaison des évolutions des taux de réussite au baccalauréat général dans les académies d’Amiens, de Lille et au niveau national nous révèle trois moments de décrochage : 1972, 1981, 1989.

Le décrochage de 1989 semble être le moins fort (malgré une chute d’environ 3,5 points et un écart se creusant avec le taux national, passant de -4 environ à presque -9). En 1990, le taux de réussite dans l’académie d’Amiens avait retrouvé et dépassé son niveau de 1988, tout en réduisant l’écart avec le taux national (retour à un retard d’environ 4 points).

L’année 1981 représente une seconde rupture pour l’académie d’Amiens. Son taux de réussite au baccalauréat général chutait brutalement (5 points environ ; 61,2 %), alors qu’il restait stable au niveau national entre 1980 (66,1%) et 1981 (65,5%). L’académie de Lille dépassait alors celle d’Amiens avec un taux de 63,1 %, en progression de plus de 2,5 points par rapport à 1980.

La particularité de l’académie d’Amiens est d’avoir « perdu » cinq années entre 1981 et 1985 pour retrouver son taux de réussite de la fin des années 1970 (aux alentours de 67%). Pendant cette période, le taux national s’était stabilisé autour de 66 % (il a d’ailleurs varié entre 65 et 68 % entre 1971 et 1985). L’académie de Lille, pour sa part, n’a pas connu de situation similaire à celle de sa voisine, ce qui lui permis de rattraper, puis de dépasser celle d’Amiens.

La rupture au niveau du taux de réussite au baccalauréat général dans l’académie d’Amiens lors de l’année 1972 semble être d’une autre nature. En 1975, l’académie d’Amiens avait rattrapé le taux national et était similaire à celui-ci (voire le dépassait légèrement) jusqu’à la rupture de 1981. La rupture de 1972 semblerait donc moins importante que celle de 1981. Pourtant, la comparaison des taux de réussite souligne deux points essentiels :

Premièrement, l’année 1970 (de façon moins spectaculaire que l’année 1968) est une année de réussite remarquable (Amiens : 73 %; France : 69%). En Picardie, il faut attendre 1997 pour retrouver un taux qui dépasse celui de 1970. Au niveau national, il faut attendre 1986. (Le taux de réussite étant plus bas au niveau national qu’au sein de l’académie d’Amiens, cette dernière partait donc avec un « handicap ».) Nous proposons par conséquent de prendre comme année de référence 1971, année au cours de laquelle le taux de réussite dans l’académie d’Amiens était de 69,3 % (stable par rapport à 1969). Au niveau national, ce taux était de 66,1 % en 1971 (en légère baisse par rapport à 1969 : 67,6%). Cette analyse nous amène au second point.

Deuxièmement, nous pouvons considérer que l’académie d’Amiens a « perdu » 16 années entre 1972 et 1988. C’est en effet en 1988 que le taux de réussite de l’académie d’Amiens a retrouvé son niveau de 1971. Au niveau national, ce taux a varié entre 65,3 % et 68 % de 1972 à 1985 avant de franchir le seuil des 70 % en 1986 et 1987, puis celui des 74 % en 1988.

Pour finir, notons que s’il est difficile de tirer des conclusions de cette analyse, cette dernière nous permet de mettre en lumière des années remarquables et de diriger nos investigations vers celles-ci, afin de chercher les facteurs explicatifs du décrochage de l’académie d’Amiens au cours des années 1972, 1981 et 1989. Notons enfin que des analyses similaires ont été menées au niveau des baccalauréats technologique et professionnel.

Nous tenons à remercier les services de la DEPP pour leur aide précieuse, sans qui cette analyse (fondée sur leurs données) n’aurait pas été possible.

 

Julien Moniotte (UPJV, CAREF)

La nécessité d’une académie d’Amiens ? Une revendication du début des années 1960.

A partir de 1955, apparaissent les programmes d’action régionaux (PAR), qui constituent la première armature de la régionalisation. Ceux-ci deviennent des acteurs de revendication d’infrastructures régionales.

Pour le programme régional de Picardie, une demande réitérée du début des années 1960 est la création d’une académie correspondant aux trois départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme. Cette demande est notamment portée par un document de travail interne à la Circonscription d’action régionale en 1963.

Pourquoi créer une académie picarde? Deux arguments sont soulevés: l’éclatement sur plusieurs académies du territoire régional est perçu comme une cause d’inefficience de l’action publique. De même, la perception des difficultés éducatives du territoire appellerait une administration locale spécifique. Les deux thèmes soulevés appelleraient, selon la CAR, « l’élément de cohésion et de coordination essentiel » que serait la création d’une académie de Picardie. 

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Les « insoumis » de 1887.

En 1887, dans son rapport annuel sur la situation de l’enseignement primaire dans le département de la Somme, M.Giroud, inspecteur d’académie, déclare que dans ce département, « on compte encore plus d’un millier d’enfants des deux sexes qui ne fréquentent aucune école. Il en appelle au « zèle et à la vigilance des commissions scolaires pour diminuer le nombre des insoumis ». En effet, l’article 4 de la loi du 28 mars 1882 rend l’école obligatoire pour les enfants de six ans révolus à treize ans révolus. Des commissions sont créées pour « surveiller et encourager » la fréquentation : il faut fournir un justificatif pour quatre demi-journées d’absence dans le mois et des sanctions sont prévues en cas de non-justification de celles-ci: rappel de la loi, affichage, plainte auprès du juge de paix. Malgré cela, beaucoup ne fréquentent pas du tout l’école, ou de façon trop épisodique pour y acquérir une véritable instruction. Les raisons de ces absences sont bien connues : admission prématurée dans les ateliers, occupation aux travaux agricoles, à la garde des bestiaux, indifférence ou pauvreté des parents. Après avoir quitté l’école à 12 ou 13 ans, ces adolescents n’ayant pas ou peu fréquenté l’école sont qualifiés, à leur arrivée au régiment à 18 ans, « d’illettrés », c’est-à-dire « qui ne sait ni lire ni écrire »,selon la définition du Dictionnaire de Pédagogie et d’Instruction primaire.

Cette situation est intolérable aux yeux des administrateurs de l’Instruction publique, car c’est un obstacle à l’accomplissement de l’œuvre scolaire de la IIIe République : malgré les efforts consentis par l’État, tous les enfants de France n’acquièrent pas, à l’école élémentaire, ce qui était prévu dans les programmes de 1882 : non seulement « une somme de connaissances appropriées à leurs futurs besoins », mais aussi « une intelligence ouverte et éveillée ».

Maryse Cuvillier.

La définition de la spécificité des difficultés picardes en matière éducative par l’inspection générale de l’Éducation nationale dans son rapport de novembre 2001.

Ci-dessous un extrait d’un rapport de l’inspection générale qu’il me paraît tout à fait intéressant de confronter aux précédents. L’appareil statistique que l’équipe est en train d’élaborer doit  permettre d’étudier dans la longue durée ces difficultés picardes pour mieux comprendre leurs spécificités.

« La Picardie est une région dont les composantes, ni au plan économique, ni au plan social ne sont exorbitantes, non plus qu’au plan scolaire d’ailleurs : l’examen des chiffres qui décrivent sa situation nous ramène souvent au Nord–Pas-de-Calais, aux deux Normandies ou à la Champagne-Ardennes. Ni les grandes exploitations betteravières ou céréalières ne sont spécifiques, ni l’héritage difficile d’une tradition industrielle rurale, par exemple dans le textile, confrontée à partir de la fin des années soixante-dix à une « crise » mondiale, ni l’implantation dans les années soixante d’industries faisant appel à une main d’œuvre peu qualifiée, ni les problèmes économiques et sociaux des couronnes les plus périphériques de l’agglomération parisienne. De la même façon nous avons vu que ni les retards scolaires, ni les difficultés à conduire plus d’élèves au niveau d’un baccalauréat, ni les taux d’échec aux examens ne sont des spécificités picardes. Mais comme il apparaissait que l’académie d’Amiens trouvait hélas une sorte de spécificité dans la conjonction, la permanence et la gravité de difficultés scolaires sensibles, de même la région Picardie est la seule à se trouver placée par la géographie de façon aussi flagrante à la confluence des problèmes de l’agglomération parisienne et de ceux des régions où s’était affirmé l’ancien modèle industriel et agricole du nord et nord-est français, d’où un évident cumul de difficultés ».

Arnaud Desvignes (UPJV, CAREF)

L’académie d’Amiens, un territoire d’enseignement professionnel (1980-2015)?

L’académie d’Amiens a traditionnellement une offre d’enseignement professionnel importante dans le second degré. L’évolution du nombre de lycées d’enseignement professionnel publics (LEP) puis de lycées professionnels (LP) publics montre néanmoins des évolutions intéressantes, entre 1980 et 2015.

En effet, le nombre de lycées publics (toutes filières confondues) augmente jusqu’à l’année scolaire 1996-1997. Il culmine alors à près de 91 établissements dans la région de Picardie.  Les lycées professionnels ont connu un pic plus précoce, atteignant le chiffre de 48 en 1993, et déclinent ensuite en nombre.

Cette évolution différenciée se traduit par un pourcentage d’offre en nette évolution. En 1980, 60,8% des lycées étaient des lycées professionnels. En 2015, juste avant la fusion des conseils régionaux de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, cette part n’était plus que de 46,5%. L’image d’une Picardie attachée à l’enseignement professionnel doit donc tenir compte d’une réelle transformation.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Un recteur face à la Picardie : l’intervention de Robert Mallet devant la CODER, 11 juillet 1966.

A partir de 1964, apparaissent les préfets de région, assistés de la CODER (commission de développement économique régionale). La même année est recréée l’académie d’Amiens. Elle est confiée à un recteur atypique, Robert Mallet, ancien résistant, ayant travaillé à Madagascar et poète. Celui-ci doit créer de toute pièce un nouveau rectorat, fonder une administration régionale sans une collectivité locale correspondante. A la réunion de la CODER du 11 juillet 1966, il présente un long rapport sur son action et sur les perspectives éducatives du territoire picard.  Il y souligne la tension entre la nécessité d’une politique éducative nationale et l’adaptation à la réalité locale.

Affirmant le rôle de recteur comme représentant des pouvoirs publics, il défend dans son rapport une politique centrant les efforts « sur les grands centres universitaires tant pour éviter une dispersion des individus et une dispersion des moyens ». Cette mise en garde n’est pas un hasard : Robert Mallet prépare en effet déjà le projet d’une université picarde, l’actuelle Université de Picardie Jules Verne. Il considère que celle-ci aurait plus de chances d’être créée si un vaste campus était organisé, regroupant étudiants, universitaires et locaux dans un endroit unique.  Il ouvre ainsi un débat nouveau sur la politique de localisation universitaire sur le territoire picard.

Ismail Ferhat (UPJV, CAREF).

Pour aller plus loin

Les causes du « retard culturel picard » d’après la revue « L’Éducation » en 1971.

Pour faire écho aux propos de Julien Cahon, voici un extrait de la revue « L’Éducation » du 17 juin 1971, montrant que l’on a conscience dès cette date que le « retard culturel picard » n’est pas seulement dû aux destructions des deux guerres mondiales, même si celles-ci constituent un facteur explicatif de premier plan :

« Si la ville d’Amiens a une vieille tradition universitaire, avec une école de médecine remontant à 1809, la région picarde a, pendant longtemps, souffert d’un important retard en matière d’enseignement secondaire et supérieur.
Les lourdes destructions et les pertes subies au cours de trois conflits échelonnés sur moins de trois quarts de siècle ont fait obstacle à un développement rapide de la population ou de ses activités. Ici, plus qu’ailleurs, il a fallu reconstruire avant de créer du nouveau, et la reconstruction, sentie comme une sorte de devoir picard, a absorbé forces et ressources.
D’autre part, située entre des régions de très forte concentration industrielle, la Picardie, après avoir connu une étonnante prospérité, grâce à un artisanat industriel s’appliquant à des productions riches (velours par exemple), n’a pas trouvé de pôle principal de développement économique. Une agriculture en voie de concentration et à la recherche de débouchés pour sa production, une industrie dispersée dans l’espace, s’adressant à des spécialités très diverses, travaillant souvent à façon pour de plus puissantes entreprises extérieures à la région, ne laissent apparaître aucune de ces activités dominantes autour desquelles, avec le temps, se sont édifiées les académies de Lyon ou de Grenoble, voire de Toulouse ou de Bordeaux.
L’absence d’activité dominante a eu pour effet de diminuer l’urgence des besoins en matière de formation, que la dispersion géographique, et socio-économique, et les habitudes individualistes de la population masquaient également. L’absence de formation à son tour a provoqué un réel sous-équipement de la région en hommes qualifiés et a freiné reconversions, innovations, ou même simple expansion, industrielles ou économiques.
Enfin l’urbanisation peu marquée, le grand nombre de villes de moyenne importance, l’absence de capitale régionale puissante, ont indirectement contribué à ralentir le développement des moyens d’enseignement et à accroître la proportion d’enfants mal adaptés, au départ, à un accès dans le second degré ».

Arnaud Desvignes, postdoctorant à l’université de Picardie Jules Verne, laboratoire CAREF.

L’École picarde bouleversée par la Grande Guerre : des conséquences durables ?

La Grande Guerre a inévitablement eu des conséquences sur l’organisation scolaire notamment par la mobilisation de son personnel enseignant, la modification des contenus d’enseignements, orientés vers la guerre, et l’organisation d’œuvres post-scolaires spécifiques. Dans les établissements situés près du front, le fonctionnement des écoles est en grande partie compromis, car elles sont bien souvent privées de leurs locaux, réquisitionnés par l’Armée pour le cantonnement des troupes, ou l’installation d’hôpitaux militaires – à l’image des deux lycées et de l’École normale d’institutrices de Beauvais (Oise, académie de Paris) – et ce de manière permanente, ou temporaire mais à intervalles rapprochés. D’après l’institutrice de l’école des filles de Davenescourt (Somme), « les parents se plaignent de voir les élèves rester aussi longtemps sans enseignement » (ADS, 99T394115). Dans ces conditions, une partie non négligeable des enseignants estime obtenir des résultats moins bons que ceux escomptés à cause de la guerre. Pour pallier à cette situation, certaines communes installent les écoliers dans un café, une ferme, un ancien atelier voire le logement de l’instituteur, où les garçons ont classe le matin et les filles l’après-midi.

La fin de la guerre n’entraîne pas un retour à la normale. En 1919, un état des lieux partiel est effectué dans 5 des 7 circonscriptions primaires du centre et de l’est de la Somme : 8 % des écoles sont intactes, 40 % endommagées et 52 % détruites (ADS, 99T397071). Dans l’Oise, près du quart des écoles primaires étaient détruites et 12% partiellement endommagées. Ce sont des baraquements qui attendent la plupart des élèves picards à la rentrée 1919, voire des édifices cultuels (ADS, 99T397071). L’inspecteur d’académie en poste dans la Somme s’inquiète lui du faible nombre d’enfants ayant dépassé l’âge scolaire (13 ans) fréquentant l’école dans les anciennes « zones de guerre », situation qui s’expliquerait selon l’inspecteur primaire de la circonscription de Montdidier par le contexte de pénurie de main d’œuvre pour la reconstruction (ADS, 99T397071).

Il serait simpliste de voir dans ce conflit l’origine du retard éducatif des départements de la future académie d’Amiens, mais on peut émettre l’hypothèse qu’il a au moins contribué à fragiliser l’École dans ces départements, alors que la reconstruction scolaire n’y semble pas prioritaire, du moins pas avant le milieu des années 1920.

Cela fera l’objet d’une double communication, lors du colloque international « La prise de décision dans les structures éducatives » (Toulouse, 10 octobre 2017) et lors du colloque « L’Académie de Paris pendant la Grande Guerre » (Paris, 9 novembre 2017).

Julien Cahon, Maître de conférences, UPJV, laboratoire CAREF

Éducation en Picardie

Le carnet « Éducation en Picardie » est créé dans le cadre du projet de recherche « Preuve », qui a débuté en novembre 2015, et est financé par le Conseil régional des Hauts de France ainsi que le FEDER. Celui-ci regroupe plusieurs chercheur(e)s issu(e)s de trois laboratoires de sciences humaines et sociales, le CAREF (EA 4697), le CHSSC (EA4289) et le CREHS (EA 4027). Il vise à comprendre les spécificités éducatives de la Picardie, aujourd’hui partie intégrante des Hauts de France. Le territoire picard se distingue en effet nettement, et ce depuis plusieurs décennies, du reste de la France métropolitaine (taux de diplômes, choix de filières, accès à l’enseignement supérieur). Le projet « Preuve » fait résolument le choix d’une approche interdisciplinaire (sciences de l’éducation, histoire, STAPS, méthodes quantitatives et qualitatives) pour comprendre et étudier cette spécificité.

 

Pour toute demande de précision ou question, n’hésitez pas à nous contacter : ismail.ferhat@u-picardie.fr